International
URL courte
271738
S'abonner

Au lieu de construire un espace commun euroatlantique de sécurité, des pays occidentaux créent de nouvelles lignes de division en Europe et essayent de transformer les Balkans en «place d'armes» pour leurs actions contre la Russie, estime le ministre russe des Affaires étrangères.

Malgré les leçons de l'Histoire récente, dont les bombardements sur la Yougoslavie en 1999 et la proclamation unilatérale de l'indépendance du Kosovo, les pays occidentaux continuent à créer de nouvelles lignes de fracture en Europe comme en témoigne la situation en Ukraine et dans les Balkans, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères dans une interview accordée au quotidien Srpski Telegraf.

«Un des résultats de la politique antirusse de l'Occident était le coup d'État armé mis en scène par Washington et par de nombreux pays européens à Kiev en novembre 2014. En conséquence, l'Ukraine, qui avait tout pour devenir un pays prospère, a été plongée dans une guerre intestine sanglante», a indiqué le ministre.

Selon le diplomate, les pays occidentaux n'ont rien appris de la «tragédie ukrainienne» et mettent aujourd'hui les Balkans dans une situation de choix entre la Russie et l'Occident.

«Nous voyons des tentatives persistantes de transformer les Balkans en une nouvelle place d'armes contre la Russie. Les pays de la région sont mis devant un choix: soit être avec Moscou, soit avec Washington et Bruxelles», a souligné M.Lavrov.

Il a ajouté que, malgré cette grande pression, Belgrade continuait à coopérer avec la Russie et ne renonçait pas à «sa politique extérieure indépendante et multidimensionnelle» qui répond aux intérêts du peuple serbe.

Lire aussi:

Macron avait chargé Sarkozy de transmettre une lettre secrète à Carlos Ghosn
Elle promène son chien et tombe sur un lionceau près de Perpignan – photo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Tags:
Sergueï Lavrov, Balkans, Serbie, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik