Ecoutez Radio Sputnik
    Stockholm, image d'illustration

    Armée européenne: la Suède se montre hostile à l’initiative de Macron

    © REUTERS / Bob Strong/File Photo
    International
    URL courte
    5233

    Alors que plusieurs pays de l’UE ont salué l’initiative du Président français de créer une armée européenne, la Suède, pays non membre de l’Otan, semble être hostile à cette idée.

    Stockholm ne soutient pas les projets d’Emmanuel Macron de créer une armée européenne, a fait savoir dimanche le ministre suédois de la Défense Peter Hultqvist sur les ondes de la radio nationale.

    «Pour nous, ce n’est pas d’actualité, nous ne pouvons pas le soutenir», a-t-il indiqué.

    Et d’ajouter qu’en Suède on percevait la question de la défense et de la composition des forces armées comme nationale. «Nous ne considérons pas que cela doit faire partie des tâches de l’UE».

    Le ministre a en outre rejeté la proposition de Merkel d’augmenter la flexibilité de l’UE par le biais de l’adoption de décisions dans le domaine de la défense votées à la majorité et non à l’unanimité.

    «La raison en est que ce n’est pas une fédération, mais une coopération entre pays. Tant que tel est le cas, il est nécessaire de coopérer sur la base du consensus», estime le ministre.

    Et de rappeler les liens existant entre l’UE et l’Otan. «Nous avons discuté de la forme des relations entre l’Union européenne et l’Alliance [dont la Suède ne fait pas partie, ndlr], elles ne prévoyaient pas la création d’une armée de l’UE ou d’un accord de ce genre», estime Peter Hultqvist.

    Dans une interview accordée le 6 novembre à la radio Europe 1, Emmanuel Macron s'est déclaré favorable à la création d'une «vraie armée européenne» indépendante des États-Unis, y compris pour garantir la cybersécurité de l'Europe. Cette idée a été reprise plus tard par la chancelière Angela Merkel. Entre-temps, Donald Trump a qualifié d'«insultante» l'idée du Président français et a proposé aux Européens de payer leur part à l'Otan, subventionnée largement par Washington.

    Lire aussi:

    Défiant Trump, Merkel prend la défense de l'idée d'une armée européenne
    Après Trump, le Département d’État livre sa vision d’une «armée européenne»
    Ne plus financer l’Otan? L’idée de Macron sur une armée européenne tracasse Washington
    Tags:
    refus, défense, armée européenne, Union européenne (UE), OTAN, Emmanuel Macron, Peter Hultqvist, Suède, Stockholm
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik