Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammed VI et Abdelaziz Bouteflika

    Dans un message à Mohammed VI, Bouteflika a ignoré l’appel du roi à un dialogue «franc»

    © AFP 2018
    International
    URL courte
    12116

    Le Président Abdelaziz Bouteflika n’a fait aucune allusion à l’appel du 6 novembre du roi Mohammed VI du Maroc pour la refondation des relations entre les deux pays sur de nouvelles bases, dans son message à Rabat à l’occasion de la fête d’indépendance du royaume.

    Dans son message de félicitations adressé le 18 novembre au roi Mohammed VI du Maroc à l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays, le Président Abdelaziz Bouteflika a totalement ignoré l'appel lancé le 6 novembre par ce dernier à l'adresse d'Alger pour l'ouverture d'un dialogue «franc et direct» entre les deux pays dans le but de relancer les relations bilatérales sur des bases plus saines.

    Après avoir souhaité longue vie, santé et réussite au souverain marocain dans la conduite des affaires du royaume, et évoqué les sacrifices consentis par le peuple marocain pour l'indépendance de son pays, le président algérien a conclu son message, comme à l'accoutumée, en réitérant «sa détermination à œuvrer de concert avec vous [le roi Mohammed VI, ndlr] pour consolider les relations de fraternité et de solidarité qui unissent nos deux pays et ancrer les relations bilatérales basées sur le respect mutuel, au mieux des aspirations de nos deux peuples au progrès, au développement et à la prospérité», sans faire la moindre allusion à l'appel du roi, selon l'Algérie Presse Service (APS).

    Alger considère le discours du roi du Maroc Mohammed VI comme «une manœuvre destinée à la consommation médiatique» et ne prévoit pas d'y répondre, a fait savoir une source au sein du ministère algérien des Affaires étrangères, selon le quotidien panarabe Al-Araby Al-Jadeeid, cité par le site Algérie patriotique le 11 novembre.

    Selon ce même informateur, l'allocution royale traduit la volonté de montrer l'Algérie comme étant la partie refusant le dialogue, alors que c'est Rabat qui, au contraire, a toujours fermé ses portes aux nombreuses démarches d'Alger.

    Dans ce contexte, le ministère a rappelé qu'une visite du Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, à Rabat avait été annulée en 2005 par le biais d'une simple dépêche diffusée par l'agence officielle marocaine. En outre, il a affirmé que Rabat violait régulièrement les accords de février 2013 sur l'arrêt des campagnes d'hostilité médiatiques entre les deux pays.

    Dans le discours qu'il a tenu le 6 novembre à l'occasion du 43e anniversaire de la Marche verte vers le Sahara espagnol, le roi Mohammed VI avait annoncé la volonté du Maroc d'avoir un «dialogue direct et franc avec l'Algérie sœur, afin que soient dépassés les différends conjoncturels et objectifs qui entravent le développement de [leurs] relations». Le roi a également appelé à l'ouverture des frontières entre le Maroc et l'Algérie ainsi qu'à la normalisation des relations bilatérales.

    Lire aussi:

    Proposition de Mohammed VI à Alger: les médias nourrissent la polémique
    Maroc-Algérie: vers une nouvelle ère des relations bilatérales?
    Les Pays-Bas évoquent les retombées pour l'Europe d’un rapprochement entre Alger et Rabat
    Tags:
    appel, dialogue politique, relations diplomatiques, relations bilatérales, Abdelaziz Bouteflika, roi Mohammed VI du Maroc, Maroc, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik