International
URL courte
6215
S'abonner

Les prospectives menées par les principales puissances militaires attestent que la Troisième guerre mondiale ne sera pas une confrontation entre des armées humaines, mais celle entre des systèmes de combat hautement technologiques, selon le journal en ligne Deutsche Wirtschafts Nachrichten.

Certains hommes politiques et militaires, aussi bien américains que chinois, estiment que, dans les guerres du futur, les armées seront remplacées par des systèmes de combat hautement technologiques, a annoncé le média en ligne Deutsche Wirtschafts Nachrichten, ajoutant que ceux-ci seront dotés d'une puissance de destruction immense.

L'ancien secrétaire adjoint américain à la Défense, Robert Work, est convaincu que la Troisième guerre mondiale sera une confrontation entre des intelligences artificielles.

«Des robots combattrons des robots, cela ne fait pas de doute», lui font écho des scientifiques.

Le média rappelle qu'en 2007, la Chine a déjà fait montre de ses capacités en la matière, ayant abattu un satellite abandonné, ce qui avait fortement étonné les Américains. Qui plus est, le mois dernier le Président chinois, Xi Jinping, vêtu d'un uniforme militaire, a appelé ses généraux à se préparer à une guerre.

Les systèmes de combat du futur comprennent, entre autres, des brouilleurs capables de perturber le fonctionnement des satellites, des missiles supersoniques, des armes cybernétiques mettant hors de service des systèmes d'approvisionnement en eau et en électricité, des armes électromagnétiques tirant des projectiles à une vitesse 6 fois supérieure à celle du son, des lasers, des exosquelettes, des robots autonomes, ainsi que des bombardiers furtifs.

Lire aussi:

Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Alger rappelle «immédiatement» son ambassadeur à Paris après les documentaires sur le Hirak
Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Tags:
guerre du futur, robot de combat, Robert Work
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook