Ecoutez Radio Sputnik
    Kremlin de Moscou

    La Russie dénonce l'ingérence US dans les élections à la présidence d'Interpol

    © Sputnik . Aleksei Druzhinin
    International
    URL courte
    7390

    Après qu'un groupe des sénateurs américains a appelé les membres de l'Assemblée générale d'Interpol et la Maison-Blanche à empêcher l'élection du candidat russe Alexander Prokoptchuk à la tête de l'organisation, la Russie a qualifié cette requête de «bon exemple d'ingérence dans les élections».

    L'appel des sénateurs américains à empêcher l'élection du candidat russe Alexandre Prokoptchuk à la tête d'Interpol est un bon exemple d'ingérence dans les élections, a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

    Selon lui, ces actions de parlementaires américains peuvent certainement être considérées comme des pressions.

    «C'est probablement une sorte d'ingérence dans le processus électoral, dans les élections d'une organisation internationale. Sinon, comment l'évaluer? Ici, c'est un bon exemple [d'intervention]», a déclaré le porte-parole du Kremlin.«Néanmoins, les élections auront lieu, attendons donc les résultats», a ajouté le responsable.  

    En août, des sénateurs américains voulu limiter le droit de la Russie à utiliser le mécanisme des notices rouges (mandats d'arrêt internationaux) d'Interpol car ils estimaient que Moscou l'exploitait à mauvais escient. Les sénateurs ont ensuite exprimé la conviction que les personnes recherchées par Interpol à la demande de la Russie ne devraient pas se voir limiter l'entrée aux États-Unis ni se voir refuser l'asile politique.  

    Le quotidien britannique The Times a rapporté lundi que la candidature la plus probable à la présidence d'Interpol était le général russe Alexander Prokoptchuk, qui occupe actuellement le poste de vice-président de l'établissement. Face à cette information, un groupe de sénateurs américains a appelé les membres de l'Assemblée générale d'Interpol, ainsi que la Maison Blanche, à s'opposer à sa candidature. Selon eux, la Russie «utilise régulièrement Interpol pour régler ses comptes et attaquer des opposants politiques, des dissidents et des journalistes», et M.Prokopchuk aurait personnellement participé à la «stratégie d'intimidation» visant à «affaiblir les institutions démocratiques et à renforcer le régime autoritaire de [Vladimir] Poutine.»    

    Lire aussi:

    Qui est ce général russe dont la candidature à la tête d’Interpol agite tant les esprits?
    Pour Moscou, la réputation et l’autorité d’Interpol ont été ternies par l’ingérence US
    Face à la polémique, un général russe cède la présidence d’Interpol à un Sud-Coréen
    Tags:
    ingérence, Interpol, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik