Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Trump: le prince héritier saoudien aurait été au courant de l'assassinat de Khashoggi

    © REUTERS / Jonathan Ernst
    International
    URL courte
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (126)
    16320

    Donald Trump n'exclut pas que le prince héritier saoudien ait été au courant de l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Toutefois, les États-Unis ont l’intention de maintenir en vigueur leurs contrats de défense avec Riyad dont l’annulation pourrait profiter à Pékin et Moscou, d’après lui.

    Le prince héritier saoudien aurait été au courant de l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, disparu début octobre dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, a déclaré mardi le Président Donald Trump.

    «Le roi Salmane d'Arabie saoudite et le prince héritier Mohammed ben Salmane nient catégoriquement avoir organisé l'assassinat de M.Khashoggi. Nos services secrets analysent toutes les informations, mais il est tout à fait possible que le prince héritier ait été au courant de cet événement tragique», a indiqué M.Trump dans un communiqué.

    Dans le même temps, il a réaffirmé l'intention des États-Unis de rester un «partenaire indéfectible» de Riyad afin de garantir leurs intérêts nationaux, ainsi que ceux d'Israël et d'autres alliés des États-Unis dans la région.

    «Il se peut que nous n'apprenions jamais tous les fais concernant le meurtre de M.Khashoggi. Mais en tout cas, nous poursuivrons nos relations avec l'Arabie saoudite qui a été un allié excellent dans la lutte si importante contre l'Iran», a noté M.Trump.

    Selon lui, l'éventuelle annulation par les États-Unis de ses contrats de défense avec l'Arabie saoudite profitera à la Russie et à la Chine.

    «Si nous annulons ces contrats de manière imprudente, la Russie et la Chine bénéficieront d'énormes avantages et reprendront avec plaisir ces contrats. Ce sera un grand cadeau offert par les États-Unis à ces pays», a déclaré M.Trump.

    Le chef d'État américain avait précédemment affirmé que le prince héritier avait déclaré lors d'un entretien téléphonique que Riyad n'avait rien à voir avec le meurtre de Jamal Khashoggi. L'Arabie saoudite a par la suite indiqué à plusieurs reprises que la famille royale n'avait pas ordonné l'assassinat du journaliste.

    Jamal Khashoggi a été tué le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul où il s'était rendu pour effectuer des démarches administratives. Après avoir d'abord nié le meurtre, Riad a fini par reconnaître que l'éditorialiste avait trouvé la mort lors d'une opération «non autorisée». Plus d'un mois après sa mort, son corps n'a toujours pas été retrouvé.

    La Turquie mène sa propre enquête sur cet assassinat. Le 31 octobre, le procureur général d'Istanbul a annoncé que, dès son arrivée au consulat, Jamal Khashoggi avait été tué par strangulation, son corps ayant par la suite été démembré. Il a souligné le caractère prémédité de ce crime.

    Le journaliste s'était exilé en 2017 aux États-Unis et publiait régulièrement dans le journal The Washington Post des tribunes critiques envers l'héritier du trône saoudien, le prince Mohammed ben Salmane al Saoud.

    Dossier:
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (126)

    Lire aussi:

    Affaire Khashoggi: Ankara remet à Washington une liste des personnes à extrader
    Après l'assassinat de Khashoggi, Riyad veut déménager son consulat d'Istanbul
    Mort de Khashoggi: le procureur général saoudien dédouane le prince héritier saoudien
    Tags:
    meurtre, contrat, Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Jamal Khashoggi, Donald Trump, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Arabie Saoudite, Turquie, Chine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik