Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammed VI et Abdelaziz Bouteflika

    Appel de Mohammed VI: un ex-ministre algérien enfonce un peu plus le clou de la discorde

    © AFP 2018
    International
    URL courte
    15128

    Réagissant à l’appel du roi Mohammed VI pour un dialogue avec Alger, un ex-ministre algérien s’est opposé à la réouverture de la frontière entre les deux pays en évoquant les problèmes de la drogue et de la migration, choses que la presse marocaine a qualifiées de raisons farfelues.

    Dans le contexte de l'appel du roi Mohammed VI à l'Algérie pour l'ouverture d'un dialogue «franc et direct» pour relancer les relations bilatérales sur des bases saines, où il a évoqué la nécessité de rouvrir la frontière commune entre les deux pays fermée depuis 1994, Amar Ghoul, ancien ministre algérien du Tourisme et de l'Aménagement du territoire, a déclaré le 25 novembre devant la presse à Alger que la réouverture de la frontière était uniquement dans l'intérêt du Maroc.

    «Si nous évaluons l'impact économique et le bénéfice des échanges commerciaux, si nous mettons tout cela sur une balance, pour voir celui qui gagne le plus et celui qui gagne le moins, on se rendra compte que le Maroc gagne beaucoup plus que l'Algérie», a déclaré l'ancien ministre.

    Expliquant le déséquilibre dans les échanges entre les deux pays donnant l'avantage, selon lui, à Rabat plus qu'à Alger, M. Ghoul a lancé que «nous amenons notre huile, notre sucre et tous ces biens que nous payons dans l'année à coups de milliards de dollars, en contrepartie, ils nous inondent de haschich et de drogues».

    Le deuxième point sur lequel s'est appuyé l'ex-responsable algérien pour justifier son affirmation est la question des migrants sahariens et subsahariens. «Ils [les Marocains, ndlr] nous envoient les migrants subsahariens et après nous dénoncent de les avoir jetés dans le désert», a-t-il dénoncé en concluant son propos par un proverbe algérien: «Tu me frappes, tu pleures le premier et cours m'accuser de t'avoir donné un coup».

    Tout en qualifiant les propos de l'ex-ministre algérien de «ridicules» et «d'explications les plus loufoques», le site d'information marocain Le360 a rappelé qu'en réalité l'Algérie exporte entre 900 millions et un milliard de dollars de ses produits pétroliers vers le Maroc, chose que ce dernier ne pourrait équilibrer par l'exportation de ses produits agricoles ou autres, même avec l'ouverture de la frontière.

    Pour rappel, le 6 novembre, à l'occasion du 43e anniversaire de la Marche verte, le roi Mohammed VI a proposé, dans son discours à la nation, aux autorités algériennes de relancer les relations bilatérales en créant un «mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation» destiné à permettre de régler les différends entre les deux pays. Il a évoqué notamment la réouverture de la frontière. Les autorités algériennes n'ont pas encore réagi officiellement à la proposition marocaine.

    Lire aussi:

    L’Algérie aurait érigé l’équivalent d’une muraille de Chine à sa frontière avec le Maroc
    Proposition de Mohammed VI à Alger: les médias nourrissent la polémique
    Dialogue Alger-Rabat et union maghrébine: que peut faire Tunis pour relancer la dynamique?
    Tags:
    ouverture des frontières, relations bilatérales, dialogue politique, fermeture des frontières, roi Mohammed VI du Maroc, Algérie, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik