Ecoutez Radio Sputnik
    Kiev

    La loi martiale en Ukraine n’est qu’«une démarche préélectorale», dit le chef de la Crimée

    © Sputnik . Vitaly Belousov
    International
    URL courte
    Provocation de navires de guerre ukrainiens dans le détroit de Kertch (50)
    8211

    Au micro de Sputnik, le chef de la République de Crimée et le président du Conseil international de l’Organisation des compatriotes russes commentent la décision de Kiev d’introduire la loi martiale en Ukraine et évoquent ses éventuelles conséquences, dont des détentions de masse et le contrôle de la vie par l’administration militaire.

    Introduisant en Ukraine la loi martiale suite à l'incident lié à la violation de l'espace maritime russe par des navires ukrainiens, Kiev ne vise qu'à «garder son pouvoir à tout prix», estime, au micro de Sputnik, le chef de la République de Crimée Sergueï Aksionov, qualifiant cette décision de «démarche préélectorale»:

    «Lorsque les autorités n'ont rien à se vanter devant le peuple, c'est une chose ordinaire, les dictateurs et les gouvernants inutiles introduisent la loi martiale. Ils étaient en quête d'un ennemi extérieur.»

    Sergueï Aksionov a expliqué que ces cinq dernières années rien ne s'était passé en Ukraine hormis la stagnation de l'économie et la perte de territoires, notamment des Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk.

    «L'objectif de cette provocation [la violation de la frontière russe, ndlr], c'est l'introduction de la loi martiale, rien d'autre.»

    Quant à Vadim Kolesnitchenko, président du présidium du Conseil international de l'Organisation des compatriotes russes, il a estimé que les conséquences de l'introduction de la loi martiale en Ukraine pouvaient être imprévisibles:

    «Il s'agit […] d'une violation des droits civils des Ukrainiens. En fait, il s'agit d'une restriction de tous les droits. C'est un contrôle de la vie du pays par l'administration militaire, la fermeture des compagnies télé et radio d'opposition et des médias qui ne correspondent pas aux intérêts de M.Porochenko.»

    Et de poursuivre:

    «Des détentions de personnes sans procès ni enquête. Le pire qui puisse être du point de vue de la loi martiale est la concentration de gens dans des réserves spéciales. Ce qui importe le plus, c'est que ceci permet de nettoyer le terrain de l'opposition de Porochenko.»

    Vadim Kolesnitchenko a également tenu à souligner que par conséquent des émeutes populaires peuvent être réprimées, surtout celles concernant la coupure du chauffage. Cependant, avant l'entrée en vigueur de la loi martiale, il faudrait tout d'abord comprendre si la Rada suprême (parlement monocaméral) vote ou pas pour cette loi et si la Garde nationale d'Ukraine sera en mesure de l'appliquer.

    «Si une résistance de masse et la non-exécution font déborder le vase de la patience, cela peut entraîner des conséquences totalement imprévisibles», conclut-il.

    © Sputnik .
    Dossier:
    Provocation de navires de guerre ukrainiens dans le détroit de Kertch (50)

    Lire aussi:

    La loi martiale en Ukraine n’est qu’«une démarche préélectorale»
    Loi martiale en Ukraine: un journaliste ukrainien évoque le rôle de l’Occident
    Welt: l’incident dans le détroit de Kertch permettrait à Kiev de retarder les élections
    Tags:
    violation de la frontière, loi martiale, Sergueï Aksionov, Piotr Porochenko, détroit de Kertch, Crimée, Kiev, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik