Ecoutez Radio Sputnik
    Un char turc

    Damas exige un retrait des troupes turques, françaises et américaines de Syrie

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    271181

    La France et les États-Unis, mais surtout la Turquie, doivent retirer leurs troupes de Syrie, a insisté l’ambassadeur de Syrie à l'ONU, selon lequel Ankara a «manqué à ses engagements».

    «Il importe que les autorités turques retirent toutes leurs troupes, si elles veulent vraiment aider la Syrie. En premier lieu doivent être retirées les troupes ayant illégalement pénétré le territoire syrien», a indiqué Bachar al-Jaafari, l'ambassadeur de Syrie à l'ONU lors d'une conférence de presse à l'issue de la 11e réunion sur la Syrie à Astana.

    Les États-Unis et la France doivent également retirer leurs troupes de Syrie, a-t-il souligné.

    Si le gouvernement turc ne comprend pas ce message diplomatique, «nous appliquerons d'autres mesures», a averti le responsable.

    Au lieu de dépêcher des unités de police en Syrie, la Turquie, qui «manque à ses engagements», y a envoyé des détachements militaires, a condamné M. Jaafari. Conformément à l'accord passé, Ankara devait installer 12 postes de contrôle sur ces territoires, avec des policiers munis d'armes légères. Au lieu de cela, les autorités turques y ont envoyé 11.000 hommes armés, a-t-il souligné.

    «Des militaires turcs, dont des officiers et des soldats, et non les policiers qui doivent porter des armes légères, se trouvent dans de nombreuses villes», a ajouté le responsable. «Au contraire, ils ont des hélicoptères et des armes lourdes », ce qui « suscite de grandes préoccupations.»

    La récente réunion à Astana (Kazakhstan) a été consacrée à la création d'une commission constitutionnelle en Syrie et à la situation à Idlib.

    Le processus de règlement du conflit en Syrie a été lancé à Astana en janvier 2017 en vue de créer des conditions favorables à la formation d'instruments efficaces pour le processus de négociations de paix à Genève, en vue d'accomplir les tâches fixées dans la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'ONU.

    Lire aussi:

    Négociations sur la Syrie: Astana confirme la participation de l’opposition armée
    La Défense russe poste la vidéo d’un échange de prisonniers contre des radicaux en Syrie
    Des restes de Daech sont «toujours présents à la frontière entre la Syrie et l’Irak»
    Tags:
    Bachar al-Jaafari, Astana, Turquie, Syrie, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik