Ecoutez Radio Sputnik
    Un drone américain (image d'illustration)

    Drones iraniens au Yémen: un «rideau de fumée» et une «guerre hybride contre l’Iran»?

    © AP Photo / Northrop Grumman via U.S. Navy, Erik Hildebrandt
    International
    URL courte
    7213

    Des drones de fabrication iranienne sont utilisés au Yémen par des rebelles Houthis contre la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite, ce qui préoccupe Tel Aviv, Riyad et Washington, écrit i24news, se référant à des sources au sein de services de renseignement occidentaux. Sputnik s’en est entretenu avec deux politologues russe et iranien.

    Une telle publication ne serait manifestement qu'un rideau de fumée propagandiste, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Boris Dolgov, du Centre des études arabes et islamiques de l'Académie des sciences de Russie, commentant l'article de la rédaction arabe du site israélien i24news sur l'utilisation de drones iraniens au Yémen.

    «La déclaration sur la préoccupation de l'Arabie saoudite, des États-Unis et de leur allié Israël ne sert que de prétexte de plus pour renforcer la pression contre l'Iran. Cela est parfaitement évident, car les drones iraniens, fabriqués sur la base d'appareils américains abattus [par les Iraniens, ndlr], ne sont même pas à comparer avec ces drones américains et israéliens de loin plus performants que les États-Unis et Israël livrent à l'Arabie saoudite», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que le fait même que l'Iran ait de tels appareils n'était ni nouveau ni préoccupant en soi.

    «Il s'agit tout simplement d'un nouvel armement dont de nombreux pays disposent de nos jours. Aussi, la déclaration [du média sur la préoccupation de Riyad, de Washington et de Tel Aviv, ndlr] ne serait-elle qu'un rideau de fumée propagandiste pour renforcer la pression contre l'Iran», a souligné l'expert.

    Selon un autre interlocuteur de Sputnik, Ali Reza Akbari, fondateur du Centre iranien d'études stratégiques et ancien vice-ministre iranien de la Défense, la publication de la rédaction arabe du site i24news serait un élément d'une guerre hybride contre l'Iran.

    «Toute cette esbroufe autour des drones n'est rien d'autre qu'un élément d'une guerre hybride contre l'Iran. Il s'agit d'une campagne propagandiste de lavage des cerveaux, lancée par Israël et l'Arabie saoudite. […] Aucunes palabres sur les drones et l'assistance militaire [de l'Iran aux rebelles houthis du Yémen, ndlr] ne pourront justifier les actions de l'Arabie saoudite et de ses alliés visant à exterminer le peuple yéménite», a relevé l'expert militaire iranien.

    Selon ce dernier, l'actuelle politique américaine à l'égard de l'Iran pourrait être qualifiée d'«assaut souple» ou d'«étranglement silencieux».

    «Néanmoins, cette politique est inefficace, l'Iran continuant à respirer et à suivre sa voie», a résumé M.Akbari.

    Washington insiste sur le risque que l'Iran représente dans le conflit yéménite et l'accuse notamment d'avoir violé l'embargo sur les livraisons d'armes au Yémen. Il affirme que le soutien apporté par Téhéran aux rebelles houthis s'est accru.

    Lire aussi:

    L’Iran dévoile l’origine de tous les différends au Proche-Orient
    Rohani sur l'Arabie saoudite: «ils veulent masquer leurs défaites»
    Les risques d'une guerre entre Riyad et Téhéran sont-ils vraiment grands?
    Tags:
    embargo, coalition, rebelles, Houthis, prétexte, guerre hybride, drone, i24news, Sputnik, Académie des sciences de Russie, Ali Reza Akbari, Boris Dolgov, Israël, États-Unis, Arabie Saoudite, Iran, Yémen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik