Ecoutez Radio Sputnik
    L'OMC

    L’Algérie retarde son adhésion à l’OMC: un choix stratégique selon le ministre du Commerce

    © AP Photo / Fabrice Coffrini
    International
    URL courte
    2150

    Le retard de l’adhésion de l’Algérie à l’OMC relève d’un choix stratégique et n’a rien avoir avec les blocages bureaucratiques, a expliqué le 4 décembre le ministre algérien du Commerce, en affirmant que son pays comptait défendre ses intérêts dans les négociations avec cette organisation.

    L'Algérie a retardé sciemment, pour des raisons stratégiques, son accession à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), a affirmé le 4 décembre Saïd Djellab, le ministre algérien du Commerce, à l'Assemblée populaire nationale (APN), selon l'Algérie Presse Service (APS).

    «Le retard accusé dans l'accession de l'Algérie à l'OMS est lié aux options stratégiques de l'État algérien, notamment en matière d'encouragement des exportations nationales et la protection du produit local», a déclaré le ministre, en réponse aux membres de la commission des finances et du budget de l'APN, en niant, à ce propos, «l'existence de tout problème d'ordre bureaucratique».

    Explicitant plus clairement les raisons ayant motivé ce choix délibéré des autorités algériennes, le responsable a indiqué que «l'OMC examine le système économique de tout État avant d'accepter son accession et chaque État doit observer les règles de l'Organisation durant les négociations». «Ce qui nécessite beaucoup de temps d'autant plus que la partie algérienne s'apprête à défendre ses intérêts durant ces négociations», a-t-il encore soutenu.

    Dans ce sens, pour appuyer ses propos, M. Djellab a mis en avant la politique algérienne en matière d'import-export et de protection douanière. «l'OMC exige à titre d'exemple la réduction des droits de douane à des taux très bas et la limitation du soutien aux exportations, alors que l'Algérie impose des droits de douane pour protéger son produit national de la concurrence étrangère et soutient les exportations pour permettre au produit national d'accéder aux marchés étrangers», a-t-il précisé.

    Pour rappel, le groupe de travail de l'accession de l'Algérie à l'OMC a été établi le 17 juin 1987, et il s'est réuni pour la douzième fois en mars 2014, selon le site officiel de l'organisation.

    Lire aussi:

    «L’Algérie ne se soumet à aucune partie»: Alger s’insurge contre l’UE
    Quand la Chine remplit le vide du «net recul» de la coopération économique algérofrançaise
    Alger s’oppose aux attaques virulentes et aux discours de «faillite politique»
    Tags:
    stratégie, adhésion, retard, OMC, Saïd Djellab, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik