Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    L’Algérie aurait quitté la zone du danger terroriste

    © Sputnik . Vladimir Perventsev
    International
    URL courte
    8351

    Le nombre de morts liées au terrorisme décroît en Algérie, constate L'Expression qui a pris connaissance du rapport 2018 de l'Indice Global du Terrorisme et souligne que ce progrès aurait été impossible sans les résultats obtenus par les services de sécurité dans leur lutte contre le terrorisme.

    L'Algérie ne figure plus dans le Top-10 des pays à risque élevé d'attaque terroriste, se félicite le quotidien algérien L'Expression.

    En effet, c'est ce qui ressort du dernier rapport de l'Indice Global du Terrorisme (GTI) qui est établi chaque année par l'Institut pour l'économie et la paix, un think tank australien, pour 163 pays où vivent 99,7% de la population mondiale.

    Avec un nombre total de 13 attaques, 8 décès et 19 blessés, l'Algérie se classe aujourd'hui 54e, ce qui témoigne d'un recul important de la violence terroriste. Le pays gagne ainsi plus de 10 places par rapport à l'année 2016, où il était classé 42e.

    Le rapport précise que 18.814 personnes ont trouvé la mort pour des raisons de terrorisme en 2017, soit 27% de moins qu'en 2016. Toutefois, si la situation globale s'améliore, le terrorisme reste encore monnaie courante et gagne même du terrain dans certaines régions. Ainsi, dix pays concentrent près de 84% des morts dans le monde. En Irak, l'Institut dénombre 4.271 morts, ce qui en fait le pays le plus touché si l'on compte les blessés. L'Afghanistan arrive en deuxième position avec le plus grand nombre de morts l'an dernier: 4.653. Ces deux pays sont suivis par le Nigeria, la Syrie et le Pakistan. Le terrorisme est bien un fléau mondial: l'année dernière, 67 pays ont enregistré au moins un mort.

    L'Algérie rétrograde dans ce classement et ce progrès est lié à la conjugaison de plusieurs facteurs, constate L'Expression qui cite avant tout l'approche algérienne de la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme, approche qui comprend notamment des programmes de réhabilitation et d'intégration, dont la dépolitisation des mosquées.

    Toujours selon le quotidien algérien, le pays a combiné des mesures politiques, économiques, sociales, culturelles et religieuses en impliquant toutes les institutions et les habitants. Toutefois, ce progrès aurait été impossible sans l'implication et l'engagement des services de sécurité. En effet, le ministère de la Défense nationale publie presque tous les jours un communiqué annonçant des saisies d'armes et de munitions, des redditions de terroristes et des destructions de casemates.

    «L'Algérie a poursuivi des efforts significatifs pour prévenir l'activité terroriste à l'intérieur de ses frontières», a constaté le département d'État américain dans son dernier rapport sur le terrorisme dans le monde, publié à Washington, rappelle L'Expression.

    Cependant, il est encore trop tôt pour crier victoire, constate le journal, estimant que «du terrorisme on n'en guérit jamais complètement».

    Lire aussi:

    Selon l’Onu, l’Algérie risquerait des attentats terroristes sur les sites névralgiques
    L’UE indique la place de l’Algérie en matière de sécurité régionale et internationale
    Lutte antiterroriste: les USA évaluent l’efficacité de la stratégie de l’armée algérienne
    Tags:
    munitions, armes, services de sécurité, lutte antiterroriste, blessés, morts, attentat, terrorisme, L'Expression, Pakistan, Syrie, Nigeria, Afghanistan, Irak, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik