Ecoutez Radio Sputnik
    Manifestation contre la guerre en Algérie

    Relations Alger-Paris: un ministre énumère les 4 dossiers à régler pour une normalisation

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    11145

    Les archives de la période coloniale, la récupération des crânes des résistants, la question des disparus de la guerre et l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français sont les quatre dossiers à régler pour instaurer des relations naturelles entre Alger et Paris, selon le ministre algérien des anciens combattants.

    Pour instaurer des relations naturelles entre l'Algérie et la France, quatre dossiers liés à la question mémorielle doivent être réglés entre les deux pays. C'est ce qu'a déclaré le 10 décembre Tayeb Zitouni, le ministre algérien des Moudjahidines (anciens combattants), lors de son passage à la radio locale de la ville d'Aïn Témouchent, dans l'ouest de l'Algérie, à l'occasion de la commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960. Le responsable a indiqué que la question des archives de la période coloniale, la récupération des crânes des martyrs exposés au Musée de l'Homme de Paris, le dossier des disparus de la guerre et l'indemnisation des victimes des essais nucléaires français en Algérie étaient les quatre dossiers à aborder pour normaliser les relations entre Alger et Paris.

    Tout en indiquant que ces dossiers, au poids historique important, en suspens depuis 1962, le ministre a confié, concernant le premier, que «nous avons demandé l'archive nationale de la période de 1830 au 5 juillet 1962 se trouvant en France». Dans ce sens, le responsable a rappelé que «des déclarations encourageantes du président français prévoyaient de nous remettre des copies avant de nous remettre les originaux». Évoquant le travail conjoint entre l'Algérie et la France pour solder cette affaire d'archives, M.Zitouni a souligné que «plusieurs rencontres ont été tenues dans ce cadre entre les directions générales des archives algériennes et françaises», tout en mettant l'accent sur le fait que cette tâche était difficile et nécessitait du temps.

    Concernant les crânes des martyrs de la résistance algérienne, le responsable a fait savoir que des spécialistes algériens avaient été dépêchés trois fois au Musée de l'Homme à Paris. «Nous sommes parvenus à reconnaître 31 crânes et ce nombre devrait augmenter», a-t-il déclaré en ajoutant que «[…] notre position est claire et ferme: nous n'abandonnerons pas ces revendications car il s'agit de l'histoire d'un peuple et d'une cause sacrée». Les deux dossiers cités ci-dessus connaissent «des négociations avancées», selon le ministre.

    Pour ce qui est du dossier des disparus, la partie algérienne a recensé, selon Tayeb Zitouni, «2.200 personnes disparues qui se trouvaient dans des prisons, des centres de détention, des postes de la gendarmerie, de la police et de l'Armée françaises», dont les autorités algériennes demandent des précisions sur leur sort.

    Enfin, en ce qui concerne les indemnisations des victimes des essais nucléaires effectuées au sud de l'Algérie, M.Zitouni a indiqué que le gouvernement algérien tenait au fait que ce dossier soit régi par le droit international, tout en soulignant qu'Alger avait catégoriquement refusé la proposition française suggérant un arbitrage en prenant la loi Morin comme base de négociations.

    Lire aussi:

    Le pétrolier iranien Grace 1 quitte Gibraltar un mois après son arraisonnement
    Un attentat suicide dans un mariage fait 63 morts et 182 blessés à Kaboul
    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Tags:
    publication des archives, tests nucléaires, histoire, mémoire, relations bilatérales, Tayeb Zitouni, France, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik