International
URL courte
5174
S'abonner

La Russie, qui envisage la création d’une série de centrales nucléaires flottantes, a récemment signé un plan d’action avec le Soudan. L’examen de la possibilité d’exportation de cette nouveauté vers ce pays africain est en cours.

Moscou et Khartoum préparent un exposé des motifs économiques et techniques préalables au projet de centrale nucléaire flottante au Soudan, apprend-on du protocole de la réunion de la commission intergouvernementale russo-soudanaise, dont Sputnik a pris connaissance.

«Les parties ont salué la signature du plan d’action […] prévoyant la préparation d’un exposé des motifs économiques et techniques d’une centrale nucléaire flottante en République du Soudan», indique le texte, précisant que le document avait été signé fin novembre.

Actuellement, la Russie travaille sur une centrale à base du réacteur nucléaire flottant baptisée Akademik Lomonosov. Elle pèse pas moins de 21.560 tonnes. Sa longueur est de 144,5 mètres et sa largeur de 30 mètres. Elle utilise deux réacteurs nucléaires KLT40S flottants ayant chacun la capacité de produire de l'énergie tant électrique que thermique.

La construction de la centrale a commencé en 2007 dans la ville russe de Severodvinsk. En 2018, elle a été transférée à Saint-Pétersbourg. Sa mission est d'alimenter en électricité les régions de l'Extrême-Orient et du Grand Nord. En novembre 2018, son réacteur a été mis en service.

L'Agence fédérale russe de l'énergie atomique Rosatom voit en ces centrales un potentiel d’exportation. D’ailleurs, il a déjà été communiqué qu’une série de pays, dont le Soudan, ont manifesté leur intérêt pour l’acquisition de ce type de centrales.

Lire aussi:

Trois roquettes tirées depuis le Liban en direction d'Israël
Erdogan veut donner «une leçon forte et dissuasive» à Israël
L'armée d’Israël lance une opération dans la bande de Gaza
Mère immolée à Mérignac: le garde des Sceaux hué au Sénat
Tags:
centrale nucléaire flottante, signature, Rosatom, Soudan, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook