Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    L'ambassadeur russe à Rabat fait la lumière sur les ventes de S-400 au Maroc

    © Sputnik . Rouslan Krivobok
    International
    URL courte
    194128

    Pour le moment, il est trop tôt pour évoquer la possibilité de vendre des S-400 au Maroc, le pays n'ayant fait aucune demande officielle, selon l'ambassadeur russe à Rabat.

    La question de l'éventuelle livraison de systèmes de missiles sol-air russes S-400 au Maroc n'avait pas été abordée pour le moment, a déclaré à Sputnik l'ambassadeur russe à Rabat Valerian Shuvaev, interrogé sur la question si ces livraisons avaient été évoquées lors de la dernière réunion de la commission intergouvernementale Russie-Maroc, tenue en octobre dernier.

    L'ambassadeur a expliqué que pour déployer ce système de DCA, on avait besoin d'une période longue «et profonde de préparatifs pour comprendre à quelles fins ces systèmes étaient destinés».

    Selon le diplomate, le Maroc s'intéresse à la production du complexe militaro-industriel russe, alors que Moscou lui propose «tout ce qui est dans son assortiment».

    «Nous n'avons pas de limitations dans notre coopération militaire et technique, surtout lorsqu'il s'agit du Maroc. Ces problèmes dépendent dans une grande mesure de la partie marocaine, c'est elle qui décide», a souligné l'ambassadeur russe.

    Auparavant, la chaîne télévisée CNBC, se référant à ses sources dans le renseignement américain, a annoncé qu'au moins 13 États étaient intéressés par l'achat de systèmes russes de missiles sol-air S-400 Triumph. Le Maroc se trouverait parmi ces acheteurs potentiels, selon la chaîne.

    Lire aussi:

    Trump menace d'«effacer» l'Iran en cas d'attaque contre les USA
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    Le drone US abattu par l'Iran a effectivement violé sa frontière, selon la Défense russe
    Tags:
    ambassadeur, livraisons, S-400, Valerian Chouvaïev, Russie, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik