International
URL courte
16390
S'abonner

Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a signé l'ordre de retirer toutes les troupes américaines de Syrie dans les semaines à venir, selon Fox News.

Le chef du Pentagone, James Mattis, a signé l'ordre sur le retrait des forces américaines de Syrie dans les semaines à venir, a annoncé dimanche à Fox News un porte-parole de la Défense.

Les responsables du Pentagone ont refusé de fournir des détails, notamment sur le calendrier, par souci de sécurité opérationnelle des quelque 2.000 soldats américains en Syrie.

Selon Fox News, l'armée américaine n'envisage cependant pas de retirer ses plus de 5.000 soldats déployés dans l'Irak voisin. Des responsables ont indiqué que, si besoin est, certaines de ces forces d'opérations spéciales pourraient être utilisées pour des raids contre des «cibles de grande importance» en Syrie depuis des bases en Irak.

Le 19 décembre dernier, le Président américain a posté sur Twitter la déclaration suivante: «Nous avons vaincu Daech* en Syrie, ma seule raison d'y rester au cours de ma présidence». Quelque temps plus tard, la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, a annoncé que, conformément à la décision de Donald Trump, les États-Unis avaient entamé le retrait de leurs troupes, comptant environ 2.000 hommes, du territoire syrien.

Au lendemain, le secrétaire américain à la Défense James Mattis a présenté sa démission et a publié une lettre évoquant ses divergences avec le Président sur des questions clés.

Le dimanche 23 décembre Donald Trump a annoncé que le chef adjoint du Pentagone Patrick Shanahan assurerait l'intérim du secrétaire à la Défense à partir du 1er janvier 2019.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
L'assassinat de Samuel Paty, une autre pomme de discorde entre la France et la Turquie
«Rien ne nous fera reculer, jamais»: Macron fait montre de fermeté suite aux appels au boycott et aux propos d’Erdogan
Tags:
ordre, retrait, James Mattis, Syrie, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook