International
URL courte
16119
S'abonner

Les soldats américains aujourd'hui déployés en Syrie seront transférés en Irak, à en croire l'analyste militaire irakien Ahmed al-Sharifi contacté par Sputnik.

Après leur retrait de Syrie, les troupes américaines stationnées actuellement dans le pays seront envoyées en Irak, estime l'analyste militaire irakien Ahmed al-Sharifi dans un entretien accordé à Sputnik.

«Selon les informations disponibles, les Américains élargissent déjà leur base à Erbil. Une partie des troupes sera transférée sur la base d'Ain al-Assad située entre Bagdad et la frontière irako-syrienne», affirme l'interlocuteur de l'agence.

Ainsi, les Américains seront en mesure de se tenir au courant de la situation sur le terrain en Syrie, explique l'expert.

«Cette opération s'inscrit dans le cadre légal créé par l'accord de coopération entre Bagdad et Washington. En outre, Washington détient un mandat de l'Onu depuis le début de l'opération contre Daech*», a déclaré Ahmed al-Sharifi.

Pour sa part, le général-major irakien Abdel Karim Khalaf, également contacté par Sputnik, a constaté l'absence de toute confirmation officielle de ces informations.

La semaine dernière, Donald Trump a annoncé le départ le plus rapidement possible des militaires américains de Syrie, martelant que son pays ne jouerait plus le rôle de «gendarme du Moyen-Orient».

À l'heure actuelle, près de 2.000 soldats américains sont déployés dans le nord de la Syrie, essentiellement des forces spéciales ayant pour vocation de combattre Daech* et d'entraîner les forces locales dans les zones reprises aux djihadistes.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Qui peut risquer la mort en consommant du miel? Une nutritionniste répond
Erdogan: la Turquie poursuivra ses explorations géologiques en Méditerranée malgré les menaces de sanctions
«Le port du masque ne sert absolument à rien», lance une conseillère municipale à Nice, causant une polémique
Tags:
base militaire, lutte antiterroriste, crise syrienne, retrait, Donald Trump, Ahmed al Sharifi, États-Unis, Irak, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook