International
URL courte
544
S'abonner

Dans son allocution faite à l’occasion de Noël et diffusée le 26 décembre par la télévision nationale, le Président Milos Zeman a désapprouvé les manifestations que la République tchèque a connues au cours de l’année qui prend fin, tout en disant comprendre la mobilisation des Gilets jaunes dans l’Hexagone.

La fin de l’année qui s’écoule a été marquée en République tchèque par deux «vagues d’hystérie», considère le Président Milos Zeman dans son message de Noël diffusé mercredi et soulignant qu’il aborde une question pas très agréable.

«La première réside dans les manifestations qu’ont connues les rues de Prague et demandant la démission du gouvernement. Je considère que tenir des manifestations appelant à renverser le gouvernement ne peut être justifié que dans les conditions d’un régime totalitaire. Moi-même j’y avais pris part par le passé», a-t-il indiqué dans son allocution.

Et d’ajouter qu’il jugeait «compréhensible que les gens descendent dans la rue contre un phénomène concret».

«Par exemple en France, contre la hausse des prix de l’essence ou en Hongrie contre une nouvelle loi travail. Toutefois, tenir des manifestations visant à renverser le gouvernement dans le contexte d’élections libres est, à mon avis, du mépris de la volonté des électeurs», a-t-il conclu.

Le 22 décembre, les Gilets jaunes ont de nouveau mobilisé leurs troupes pour un sixième samedi consécutif de manifestations. De multiples rassemblements dans un climat plus ou moins tendu ont réuni 38.600 personnes en France à 18h00, contre 66.000 le samedi précédent à la même heure, selon le ministère de l'Intérieur. Ces chiffres font l'objet de polémiques.

Le gouvernement a affiché lundi sa «détermination à ramener l'ordre», après plusieurs semaines de manifestations émaillées de violences, misant sur une pause de la mobilisation durant les fêtes de fin d'année.

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
«Malaise identitaire français»: à qui la faute?
Tags:
gilets jaunes, renversement, gouvernement, manifestation, mobilisation, Milos Zeman, République tchèque, Prague, Hongrie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik