Ecoutez Radio Sputnik
    Un Kurde irakien devant une carte (Image d'illustration)

    Une carte controversée du Kurdistan «historique» suscite la polémique en Turquie

    © AFP 2018 BEHROUZ MEHRI
    International
    URL courte
    559

    Une carte du Kurdistan dessinée par un internaute, sur laquelle on peut voir «des zones historiquement peuplées par une majorité kurde», a suscité l'indignation d’hommes politiques turcs, qui l’ont qualifiée de «source de division» au service des «terroristes».

    Google s'est vu obligé de retirer une carte du Kurdistan de My Maps, un service qui permet aux utilisateurs de créer des cartes munies de leurs propres légendes. La carte en question montrait les frontières du Kurdistan, région historique habitée principalement par des Kurdes, superposée aux frontières de la Turquie, de la Syrie et de l'Iran.

    Selon le groupe de presse kurde Rudaw, la plainte contre Google a été déposée par le gouvernement turc, ce qui a été confirmé par un haut responsable.

    «L'Organisme pour les technologies de l'information et de la communication (BTK) a rencontré les représentants compétents de la plateforme [Google] pour qu'ils retirent immédiatement la carte en question conformément à leurs obligations en matière de législation nationale et internationale», a déclaré le ministre turc des Transports et de l'Infrastructure, Cahit Turan.

    Yavuz Agiralioglu, un député du parti IYI (Bon parti), s'est plaint que la carte portait atteinte à l'intégrité des frontières turques et était ainsi mise «au service d'organisations terroristes».

    «Le Turc le plus dangereux est celui qui regarde la carte. (…) Que ceux qui veulent diviser notre pays avec de fausses cartes se tournent vers notre passé historique», a souligné ce même élu.

    Le 12 décembre, Recep Tayyip Erdogan a annoncé que l'armée turque était prête à lancer dans les jours suivants une opération contre les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), qui contrôlent le nord-est en Syrie. Formée en 2011 et liée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), cette organisation est considérée comme terroriste par la Turquie. L'armée turque a menée plusieurs opérations contre les Kurdes sur le sol syrien.

    Damas a condamné les interventions turques en Syrie, rappelant que cet État était souverain.

    Lire aussi:

    Erdogan: Ankara ne permettra pas la formation d’un État kurde dans le nord de la Syrie
    La Turquie amasserait des véhicules blindés à sa frontière avec la Syrie
    La question kurde au cœur d’un entretien téléphonique entre Trump et Erdogan
    Tags:
    polémique, Kurdes, Turquie, Kurdistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik