International
URL courte
48836
S'abonner

Les Kurdes n’auraient pas dû faire confiance aux États-Unis dont la présence militaire en Syrie était liée à leurs propres intérêts, a déclaré à Sputnik Ahmet Süleyman du parti Pesveru.

Le Parti de l'union démocratique (PYD) et les Forces démocratiques syriennes (FDS) «ont commis une grave erreur» lorsqu'ils ont fait confiance aux États-Unis, estime le chef de file du Parti démocratique progressiste kurde (Pesveru) Ahmet Süleyman dans un entretien accordé à Sputnik.

«La présence des États-Unis en Syrie était liée à leurs propres intérêts. Les États-Unis ne sont pas venus en Syrie en raison des Kurdes. Ils ne coopéraient avec les forces d'autodéfense YPG que dans la lutte contre Daech*», constate l'interlocuteur de l'agence.

Selon lui, le Pesveru a «à plusieurs reprises» prévenu que les Américains pourraient «trahir» les Kurdes.

«Le PYD et les FDS, qui faisaient confiance aux États-Unis, concevaient des projets à long terme qui ont été détruits par la décision de Washington de retirer ses troupes [de Syrie, ndlr]», indique M.Süleyman.

Les Kurdes se sont ainsi retrouvés menacés par une éventuelle attaque de la part des forces turques s'ils ne parviennent pas à conclure un accord avec Damas. «À l'heure actuelle, il n'est toujours pas clair de savoir qui remplacera les Américains après leur départ», souligne-t-il.

Plus tôt en décembre, Donald Trump avait annoncé le départ le plus rapidement possible des militaires américains de Syrie, martelant que son pays ne jouerait plus le rôle de «gendarme du Moyen-Orient».

À l'heure actuelle, près de 2.000 soldats américains sont déployés dans le nord de la Syrie, essentiellement des forces spéciales ayant pour vocation de combattre Daech* et d'entraîner les forces locales dans les zones reprises aux djihadistes.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Comment éviter l’«effondrement» de la France qui vient? Laurent Obertone donne ses 10 lois «pour vaincre» – vidéo
Un certain nombre de départements français vont introduire un couvre-feu, selon le gouvernement
Radicalisme religieux: l’islamisme qui cache la forêt?
Ankara dit être prêt à envoyer des troupes au Haut-Karabakh si Bakou le demande
Tags:
auto-défense, crise syrienne, retrait, Kurdes, Daech, Forces démocratiques syriennes (FDS), Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, Ahmet Süleyman, Donald Trump, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook