Ecoutez Radio Sputnik
    Îles Kouriles

    2019, l’année d'une percée pour les négociations entre Moscou et Tokyo?

    © Sputnik . Sergey Krasnouhov
    International
    URL courte
    274

    Le chef du gouvernement japonais est optimiste face aux perspectives de conclure un traité de paix avec la Russie dans l’année qui vient de commencer. Pour lui, les négociations sont au «point culminant».

    L’année 2019 est le point culminant des négociations sur le traité de paix russo-nippon, indique vendredi l’agence Kyodo citant une déclaration du Premier ministre japonais Shinzo Abe.

    «Le point culminant advient. Avec le Président Poutine, nous allons aux négociations résolus à y mettre un point», a-t-il déclaré.

    Le 4 janvier, on a appris que le Premier ministre nippon envisageait de se rendre en Russie pour évoquer la question territoriale. Il a alors indiqué qu’il envisageait de faire un grand pas en 2019 vers la résolution de ce problème.

    Depuis de longues années, les relations entre la Russie et le Japon sont bloquées du fait de l'absence d'accord de paix. Le Japon revendique les îles Kouriles méridionales (Itouroup, Kounachir, Chikotan et Habomai), invoquant le Traité d'amitié et de paix russo-japonais de 1855. Pour Tokyo, leur restitution est la condition sine qua non d'un accord de paix avec la Russie, qui n'a pas été signé à l'issue de la Seconde Guerre mondiale.

    La position de Moscou repose sur le constat que les îles Kouriles méridionales faisaient partie de l'URSS à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, la souveraineté russe sur ces îles étant incontestable et conforme au droit international.

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Le recteur de Notre-Dame de Paris avance une nouvelle cause de l’incendie
    Un député LREM traite Jérôme Rodrigues de «débile profond» en plein direct (vidéo)
    Tags:
    traité de paix, Shinzo Abe, Kouriles, Japon, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik