Ecoutez Radio Sputnik
    A Alep

    En Syrie, des terroristes chercheraient à prendre d’assaut une ville à l’ouest d’Alep

    © Sputnik . Flora Moussa
    International
    URL courte
    4218

    Des affrontements armés font rage près de la ville syrienne d'Atarib, dans l'ouest du gouvernorat syrien d'Alep, des terroristes de Hayat Tahrir al-Cham* ayant encerclé la ville et cherchant à la prendre d'assaut, selon la chaîne libanaise Al Mayadeen.

    Des combats ont éclaté dans l'ouest du gouvernorat syrien d'Alep, dans la ville d'Atarib, entre des terroristes de Hayat Tahrir al-Cham* et des groupes de l'opposition armée, a annoncé la chaîne libanaise Al Mayadeen.

    Des avions de la coalition internationale, image d'illustration
    © REUTERS / USAF/Staff Sgt. Shawn Nickel/handout via Reuters
    Des affrontements armés opposent également depuis plusieurs jours les deux parties dans le gouvernorat d'Idlib. Selon la chaîne, des hommes de Hayat Tahrir al-Cham* ont instauré leur contrôle sur tous les villages à l'ouest d'Alep après que le groupe Nour al-Din al-Zenki s'est retiré de ses positions dans la ville d'Afrine contrôlée par les forces armées turques.

    Se référant à son correspondant, Al Mayadeen affirme que les radicaux cherchent à prendre Atarib. L'aviation syrienne a effectué trois frappes contre les positions des terroristes, mais il n'y a pour le moment aucune information officielle qui viendrait le confirmer.

    Atarib avait jusqu'ici réussi à échapper au sort des autres localités proches du gouvernorat d'Idlib et à ne pas devenir l'arène d'affrontements, a rappelé Al Mayadeen.

    Selon une source de la chaîne, les terroristes promettent d'arrêter leur attaque si deux commandants de l'opération Bouclier de l'Euphrate se présentent à eux, si l'opposition dépose les armes, s'ils se voient accorder le contrôle de tous les postes de passage et des infrastructures de la ville et s'ils leur remettent 250 personnes qui les intéressent.

    L'armée turque a poussé vers le nord-ouest syrien à la faveur de deux campagnes. La première, Bouclier de l'Euphrate, a démarré en 2016 et a chassé Daech* des territoires situés entre Azaz et Djarablous. La seconde, Rameau d'olivier, a permis de prendre la région voisine d'Afrine aux Unités de protection du peuple kurdes (YPG) au début de l'année dernière. Les relations entre Ankara et Damas se sont détériorées en 2011, après le soutien accordé par Ankara à l'opposition syrienne.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Le recteur de Notre-Dame de Paris avance une nouvelle cause de l’incendie
    Premières tensions lors de l'acte 23 à Paris: pétards, gaz lacrymogène, barrages brûlés
    Tags:
    infrastructure, opposition, frappe aérienne, émeutes, terrorisme, Rameau d'olivier, Bouclier de l'Euphrate (opération militaire turque), Unités de protection populaire kurdes (YPG), Daech, Al-Mayadeen, Damas, Ankara, Afrine (Syrie), Idlib, Alep, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik