Ecoutez Radio Sputnik
    L'Iran aurait plus d'acheteurs potentiels de pétrole malgré les sanctions américaines

    L'Iran aurait plus d'acheteurs potentiels de pétrole malgré les sanctions américaines

    © Sputnik . Maksim Bogovid
    International
    URL courte
    11331

    Les États-Unis ont adopté de nouvelles sanctions à l'encontre du secteur énergétique iranien le 5 novembre, dans le but déclaré de réduire à zéro les exportations de pétrole de la République islamique. Toutefois, selon un vice-ministre iranien, le nombre d'acheteurs potentiels de pétrole iranien a en fait augmenté.

    Le nombre d'acheteurs potentiels de pétrole iranien s'est accru, malgré les menaces américaines, a déclaré Amir Hossein Zamani-Nia, vice-ministre iranien du Pétrole en charge des affaires internationales et du commerce, cité par l'agence de presse Shana.

    «Indépendamment de la pression américaine, le nombre d'acheteurs potentiels de pétrole iranien a augmenté en raison de la nature concurrentielle du marché et de la cupidité croissante pour plus de rentabilité. La vente de pétrole est actuellement la principale priorité du ministère du Pétrole, de sorte que la part du marché pétrolier iranien, reconquise après le Plan d'action global commun, ne soit pas perdue mais préservée», a-t-il expliqué.

    Dans le même temps, M.Zamani-Nia a souligné qu'un certain nombre de pays ayant bénéficié d'une levée de sanctions de la part des États-Unis n'étaient pas disposés à acheter un baril de pétrole supplémentaire à l'Iran:

    «La Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et d'autres pays à qui l'Amérique a accordé des dérogations pour importer du pétrole iranien ne sont pas disposés à acheter un seul baril de plus à l'Iran.»

    Zamani-Nia a ensuite précisé que le Fonds commun de créances (FCC), le mécanisme conçu par l'Union européenne pour contourner les sanctions américaines, serait «utile, mais ne résoudra pas complètement le problème» en raison du fait que l'influence des États-Unis affectera tous les pays européens.

    En mai 2018, le Président Donald Trump avait annoncé la décision de retirer son pays du Plan d'action global commun de 2015 (JCPOA), également connu sous le nom d'accord de Vienne sur le nucléaire iranien, qui prévoyait la levée des sanctions anti-iraniennes en échange de la garantie de la nature pacifique de son programme nucléaire.
    Trump avait également décidé de rétablir toutes les sanctions et d'imposer un nouvel ensemble de restrictions aux secteurs de l'énergie, du transport maritime, des finances et autres, à Téhéran, et s'était engagé à réduire à zéro les exportations de pétrole du pays.

    Le Président américain avait promis d'introduire des sanctions secondaires à l'encontre des entreprises étrangères faisant affaire avec l'Iran, ce qui a été fermement condamné par les autres signataires de l'accord sur le nucléaire (Royaume-Uni, Allemagne, France, Russie, Chine, Union européenne et Iran). Des dérogations temporaires ont été accordées à huit pays: la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud, l'Italie, la Grèce, la Turquie et Taïwan.

    Les dirigeants iraniens, pour leur part, ont à plusieurs reprises mis en garde les États-Unis contre toute provocation, menaçant de fermer le détroit d'Ormuz, voie navigable stratégique reliant les producteurs de brut du Moyen-Orient aux marchés mondiaux.

    Lire aussi:

    Utrecht: l’auteur présumé de la fusillade arrêté, selon la police
    «Ici c'est Nancy, pas l'Algérie»: face-à-face tendu avec des identitaires à Nancy (vidéos)
    Une Française noire expulsée d'un restaurant en Turquie à cause de son «odeur» (vidéo)
    Tags:
    économie, pétrole, sanctions, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik