International
URL courte
3261
S'abonner

Interrogée sur une éventuelle rivalité entre la France et la Russie sur le territoire centrafricain, la ministre de la Défense du pays a affirmé que les deux pays étaient en relations de partenariat, tout en ajoutant que la Centrafrique gardait la porte ouverte à tout État qui puisse lui apporter son aide.

La Russie et la France travaillent côte à côte en Centrafrique, ce que les autorités du pays apprécient, sans y voir quelque rivalité que ce soit, a fait savoir la ministre centrafricaine de la Défense, Marie-Noëlle Koyara, dans une interview accordée à Sputnik.

«Cette idée qui dit que la Russie va chasser la France, alors que la Russie et la France y travaillent, y collaborent aussi, vous voyez, au niveau politique nous pensons que ce n'est pas vraiment une idée qui est développée par la politique», a-t-elle indiqué.

Mme Koyara a ajouté que la population appréciait l'aide de la Russie, tout en ajoutant que la République gardait la porte ouverte à tout État capable d'apporter sa contribution.

«Notre pays a beaucoup souffert et quand la population voit ce que la Russie est en train de faire, la population se dit "voilà le pays qui peut nous aider davantage". Ça c'est une appréciation de la population, mais on n'a pas dit qu'un pays peut en chasser un autre», a poursuivi la ministre.

«Notre pays est ouvert à un partenariat et nous continuons à ouvrir la porte de notre pays aux partenaires prêts à nous appuyer pour avancer», a-t-elle conclu.

La Russie et la Centrafrique ont signé à la fin du mois d'août 2018 un accord interministériel destiné à renforcer leurs relations en matière de coopération militaire. Après la signature de ce document qui porte notamment sur la formation des forces armées centrafricaines avec le soutien de spécialistes russes, un centre de formation militaire a été créé à Bérengo, dans le sud-ouest de la Centrafrique.

Lire aussi:

«Les gens ne veulent pas travailler»: au Canada, l’aide d’urgence, trappe à l’emploi?
Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
Marine Le Pen réagit aux propos du Président algérien réclamant des excuses pour la colonisation
Tags:
partenariat, Marie-Noëlle Koyara, France, République centrafricaine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook