Ecoutez Radio Sputnik
    Téhéran

    Deux satellites iraniens en orbite? Paris appelle Téhéran à renoncer à ses tirs

    © AP Photo / Vahid Salemi
    International
    URL courte
    381064

    Dans les pas de Washington, Paris appelle Téhéran à renoncer aux tirs de fusées prévus dans le cadre du programme spatial iranien. Un appel adressé malgré les affirmations de l’Iran du caractère défensif de ses essais de missiles.

    La France a demandé ce vendredi à l'Iran de cesser immédiatement toute activité liée aux missiles balistiques qui pourraient transporter des armes nucléaires, après que l'Iran a indiqué qu'il pourrait mettre en orbite deux autres satellites dans les prochaines semaines.

    «La France rappelle que le programme de missiles iraniens n'est pas conforme à la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies» a déclaré la porte-parole du Quai d'Orsay Agnès von der Mühll, lors d'une rencontre avec la presse.

    Le 3 janvier Washington a appelé Téhéran à renoncer à ses tirs de fusées, car, selon Mike Pompeo, de telles actions démontrent que «l'Iran défie la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'Onu qui appelle le régime iranien à ne mener aucune activité liée à des missiles balistiques capables de transporter des armes nucléaires».

    Sur Twitter, son homologue iranien Mohammad Javad Zarif a répondu en affirmant que ces lancements «et les essais de missiles ne violent pas la résolution 2231».

    En décembre dernier Téhéran s'est dit déterminé à poursuivre ses tests de missiles sans demander le moindre feu vert à quelque pays que ce soit. Selon le général de brigade iranien Abolfazl Shekarchi, «les essais de missiles et autres moyens de l'industrie de défense de la République islamique d'Iran ont pour vocation la défense et la dissuasion».

    En mai dernier, les États-Unis ont annoncé leur retrait de l'accord de Vienne sur le dossier du nucléaire iranien conclu en juillet 2015, avant de rétablir une première série de sanctions contre Téhéran en août. De nouvelles sanctions ciblant le secteur pétrolier iranien ont été introduites au début du mois de novembre.

    Les pays membres de l'Union européenne, tout comme la Russie et la Chine, ont pour leur part indiqué vouloir préserver l'accord de Vienne. Les États signataires du document ont ainsi convenus de poursuivre leurs efforts pour maintenir les échanges commerciaux avec Téhéran malgré le rétablissement des sanctions américaines.

    Lire aussi:

    Pompeo accuse l’Iran d’avoir testé un missile en violation d’une résolution du CS de l’Onu
    «Les menaces engendrent les menaces»: Zarif rétorque à Pompeo
    Rohani: l'Iran continuera à vendre son pétrole malgré les sanctions US
    Tags:
    missile, satellite, ministère français des Affaires étrangères, Agnès von der Mühll, France, Téhéran, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik