International
URL courte
11539
S'abonner

En forme d’ellipse, environ de deux kilomètres de long, une île artificielle sera construite par la Pologne dans la lagune de la Vistule, non loin de la frontière russo-polonaise. Destinée à assurer la sécurité dans la région, l’île sera érigée à l’aide du sol extrait lors de la construction d’un canal polonais vers la Baltique.

La Pologne érigera une île artificielle, à une altitude de deux ou trois mètres au-dessus du niveau de la mer, selon le portail d'information polonais Onet citant le dossier de sollicitation gouvernemental. Placée non loin de la frontière russo-polonaise, l'île ne sera pas utilisée à des fins touristiques, mais aura pour objectif la sécurité du pays et l'amélioration de ses capacités de défense dans la région.

L'île d'environ deux kilomètres de long et d'un kilomètre de large, dont la construction est évaluée à environ 200 millions d'euros, sera ainsi érigée dans le cadre du programme de construction d'un canal qui reliera la lagune de la Vistule et la ville de Gdansk.

Les autorités polonaises avaient décidé en mai 2016 de construire un canal traversant la presqu'île de la Vistule, cordon littoral qui sépare la baie de Gdansk de la lagune de la Vistule. Elle bloque l'accès direct à la mer Baltique pour les navires venant du port polonais d'Elblag, qui sont obligés de passer par les eaux territoriales russes. Ce canal maritime devra relier le port d'Elblag à la mer Baltique.

Varsovie a lancé un appel d'offres en décembre 2018 pour la construction du canal, anticipé par le dressage d'une colonne symbolisant le début des travaux.

Lire aussi:

Deux bus attaqués par une trentaine de délinquants près de Conflans après la mort d’un homme abattu par la police
Des policiers déjouent in extremis une embuscade qui leur a été tendue à Grenoble
«Pas que ça à faire»: un policier traîné sur plusieurs mètres par un automobiliste à Agen
Tags:
canal artificiel, île, Vistule, isthme de Courlande, Russie, Pologne, mer Baltique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook