Ecoutez Radio Sputnik
    Cannabis

    Légalisation du cannabis au Canada: pénurie de pot légal et maintien du marché illégal

    CC0 / 7raysmarketing
    International
    URL courte
    Jérôme Blanchet-Gravel
    12108

    En octobre 2018, le cannabis récréatif a été légalisé au Canada. La transition vers le marché 100% légal est toutefois difficile. Les Canadiens doivent composer avec des pénuries de pot légal et le maintien du marché noir. Sputnik en a parlé avec Eugène Oscapella, professeur de criminologie à l'Université d'Ottawa.

    Dure, dure la légalisation du cannabis… Parlez-en au Premier ministre Justin Trudeau qui en avait fait une promesse électorale en 2015. En octobre 2018, la marijuana récréative est devenue légale au Canada, mais la légalisation est un processus long et complexe…

    Alors que c'était initialement son projet, le gouvernement fédéral a chargé les provinces d'encadrer elles-mêmes la vente légale de cannabis. Justin Trudeau a été accusé de piéger les provinces en leurs transférant toute la problématique. Le gouvernement Trudeau a pris de court les gouvernements provinciaux qui ont ainsi été obligés de développer rapidement leurs politiques et ce alors qu'elles n'y étaient pas préparées.

    Au Québec, par exemple, le gouvernement a mis sur pied la Société québécoise du cannabis (SQDC), une société d'État. Le jour de l'ouverture des succursales de la SQDC, des centaines de clients ont fait la queue, à travers tout le Québec, pour être les premiers à se procurer de la marijuana légale. Mais l'engouement s'est rapidement dissipé quand la SQDC a annoncé qu'elle connaissait déjà une pénurie de marijuana.

    Déjà une pénurie de marijuana légale?

    Au Québec, cette pénurie pourrait durer encore trois ans selon certains experts. Les entreprises qui produisent du cannabis ne seraient pas en mesure d'approvisionner correctement la nouvelle société d'État. C'est un problème selon Eugene Oscapella, professeur de criminologie à l'Université d'Ottawa. Pour lui, l'approvisionnement doit être suffisant pour que les fournisseurs légaux parviennent à réellement concurrencer le crime organisé. «Le cannabis légal doit être plus accessible», a souligné d'entrée de jeu M.Oscapella.

    Contacté par Sputnik, le porte-parole de la SQDC, Fabrice Giguère, a affirmé que l'approvisionnement était un défi important pour son organisation. Pour faire face au problème, la SQDC a décidé de diminuer ses heures d'ouverture. Depuis plusieurs semaines, les 12 succursales de la SQDC sont ouvertes quatre jours par semaine, alors que l'objectif de départ était de sept jours par semaine.

    «Notre souhait est d'avoir des succursales qui sont ouvertes 7 jour sur 7, mais nous allons seulement y parvenir quand l'approvisionnement va le justifier et quand nous pourrons offrir un service de qualité à nos clients. Nous travaillons en étroite collaboration avec les fournisseurs et nous les suivons très près. Ils travaillent très fort pour subvenir à notre demande», a mentionné M.Giguère en entrevue avec Sputnik.

    Pour M.Oscapella, le prix du cannabis légal est trop élevé pour faire disparaître le marché noir. Selon certaines études, le prix du pot légal serait actuellement jusqu'à 50% plus élevé. Le criminologue rappelle que plusieurs facteurs influencent la décision d'un consommateur d'acheter un produit plutôt qu'un autre, mais que le prix demeure un facteur central. Il souligne que l'offre de cannabis doit être constante et régulière, sans quoi les acheteurs reprendront leurs anciennes habitudes et retourneront voir leurs vendeurs illégaux.

    «Si un consommateur a une bonne relation avec un vendeur illégal, il va peut-être décider de continuer à lui acheter sa marijuana, même si le prix légal devenait moins élevé. […] Il faut trois choses pour acheter du cannabis sur le marché légal: le prix doit être raisonnable, il est accessible (il y a un approvisionnement suffisant et les points de distribution sont accessibles) et il faut un produit vendu sous la forme voulue par les consommateurs», a expliqué M.Oscapella au micro de Sputnik.

    Malgré les ratés du gouvernement Trudeau, Eugène Oscapella souligne que la consommation de marijuana légale demeure plus sécuritaire pour les consommateurs d'abord parce qu'il ne contrevient pas à la loi. Les personnes qui achètent du pot légal ne prennent donc pas de risques sur le plan juridique. Ensuite, il peut arriver que des vendeurs illégaux ajoutent des substances toxiques dans la marijuana. «Je ne sais pas à quel point c'est fréquent pour la marijuana, mais ça peut arriver», a affirmé le professeur de l'Université d'Ottawa.

    Eugène Oscapella estime aussi que le gouvernement canadien se trouve dans une position difficile, car il doit écarter le crime organisé tout en restant à l'affût de ses pratiques. Une position ambivalente qui pose certaines questions sur le plan éthique. Il s'agirait de trouver un équilibre entre les buts visés par le gouvernement et la réalité du terrain.

    «Le gouvernement se trouve dans une position difficile, parce qu'officiellement, on veut baser le marché légal sur des pratiques de santé publique. On ne veut donc pas encourager la consommation du cannabis. […] Si on met le prix trop bas, on va encourager l'utilisation de cannabis, et si on le met trop haut sur le marché légal, on va aider le marché illégal à continuer. Ce sont deux buts du gouvernement qui sont en conflit l'un avec l'autre».

    Dans une autre perspective, le criminologue croit que la légalisation pourrait aider des pays comme le Mexique à combattre le crime organisé. Des pays où de grandes organisations criminelles font pousser et exportent de la marijuana. Il n'écarte toutefois pas la possibilité que puisse se constituer un marché illégal de drogues légales (notamment à l'international), une éventualité qu'avait d'ailleurs soulevé le gouvernement russe en octobre 2018.

    Lire aussi:

    «L'Iran a fait une très grosse erreur»: Trump réagit à la destruction du drone US par les militaires iraniens
    L’Iran réagit aux déclarations américaines et se dit prêt à faire face à «toute sorte d'agression»
    L'Iran sera-t-il frappé par les USA? «Vous le saurez bientôt», lance Trump
    Tags:
    légalisation, pénuries, cannabis, Justin Trudeau, Québec, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik