International
URL courte
5201
S'abonner

Harare compte sur l’assistance de Moscou dans la modernisation de son armée, mais ce ne sont pas des missiles qu’il veut, a confié à Sputnik le Président du pays, Emmerson Mnangagwa, interrogé pendant sa première visite officielle en Russie.

Le Zimbabwe n’a pas besoin de systèmes de missiles russes, mais la Russie pourrait l’aider à moderniser son armée, a déclaré mardi à Sputnik le Président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, arrivé lundi dans la capitale russe pour sa première visite officielle.

À la question de savoir si son pays était intéressé par l’acquisition de missiles russes M.Mnangagwa a indiqué:

«Pourquoi un petit pays comme le Zimbabwe aurait-il besoin de missiles? […] Notre priorité est l’économie. Pendant notre lutte pour la libération, nous avons fait former nos gens en Russie, nous avons reçu des matériels russes – non des missiles, mais des fusils d’assaut Kalachnikov. Ces relations continuent. Et nous ne doutons pas que nous les poursuivrons quand nous serons assez forts pour moderniser notre armée».

Ce mardi, le Président Mnangagwa devrait rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine.

Selon le service de presse du Kremlin, «les deux chefs d’État se pencheront sur l’évolution des relations russo-zimbabwéennes et des dossiers de l’actualité internationale et régionale». M.Mnangagwa a pour sa part annoncé son intention d’inviter le Président russe à Harare, promettant de «garantir» un accueil chaleureux par +40°C.

La visite du Président zimbabwéen en Russie est prévue sur deux jours.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Zemmour à Jack Lang: «Vous êtes l’idiot utile des Frères musulmans» - vidéo
Un scénario militaire pour «reprendre la Crimée» à la Russie? L’Ukraine a tranché
Entre 40 et 70% de l’humanité sera infectée par le coronavirus dans l’année, alerte un chercheur de Harvard
Tags:
armée, modernisation, missiles, Vladimir Poutine, Emmerson Mnangagwa, Zimbabwe, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook