Ecoutez Radio Sputnik
    Policier congolais d'une brigade anti-émeute après les élections présidentielles en RDC

    Au moins 890 morts dans des violences intercommunautaires, mi-décembre en RDC

    © AFP 2019 Caroline Thirion
    International
    URL courte
    Par
    416
    S'abonner

    Le chiffre est terrifiant. En RD Congo, au moins 890 personnes ont été tuées en deux jours dans des affrontements entre les communautés Banunu et Batende, dans quatre villages du territoire de Yumbi, dans l'ouest du pays. C'est le Bureau des Nations unies pour les droits de l'homme qui a publié ce bilan le 16 janvier.

    Au moins 890 personnes ont été tuées lors de violences communautaires qui ont éclaté entre le 16 et le 18 décembre dernier dans quatre villages du territoire de Yumbi, dans l'ouest de la République démocratique du Congo, a annoncé le Bureau des Nations unies pour les droits de l'homme mercredi 16 janvier. Ce bilan provient de ce qui

    «semble avoir été des affrontements entre les communautés Banunu et Batendé», peut-on lire dans le communiqué signé de Michelle Bachelet, haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme.

    L'ONU a obtenu ce bilan en dénombrant notamment le nombre de personnes enterrées suite à des affrontements entre les communautés Banunu et Batendé dans la province du Mai-Ndombe, qui ont eu lieu à la veille des élections du 30 décembre.

    «Il est crucial que toute cette violence fasse l'objet d'une enquête approfondie et rapide et que ses auteurs soient traduits en justice» a poursuivi Michelle Bachelet, dans le communiqué.

    L'ONU indique par ailleurs qu'au moins 82 personnes ont été blessées dans ces attaques et que le nombre réel de victimes devrait être plus élevé. Au cours de ces affrontements, 465 maisons et bâtiments ont été incendiés ou pillés, faisant des milliers de déplacés.

    Ces violences ne sont pas liées aux élections en RDC, mais à une vieille rivalité entre les communautés Banunu et Batendé. D'après les témoignages, les violences auraient éclaté quand des membres de l'ethnie des Banunu ont voulu enterrer un de leurs chefs coutumiers sur les terres des Batendé.
    Mme Bachelet a proposé l'appui de son bureau dans la conduite des enquêtes nationales ainsi que dans les efforts visant à prévenir la répétition de telles violences.

     

    Tags:
    justice, enquête internationale, conflit interethnique, Michelle Bachelet, Yumbi, République démocratique du Congo (RDC)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik