Ecoutez Radio Sputnik
    Les drapeaux du Royaume-Uni et de l'Union européenne

    Paris, Bruxelles, Zurich et Genève accueillent davantage de riches venus du Royaume-Uni

    © AFP 2019 JUSTIN TALLIS
    International
    URL courte
    419

    Selon les données de la société Anthony Ward Thomas, en 2018 le nombre d’étrangers aisés (dont la fortune dépasse les 5,67 millions d’euros) ayant quitté le Royaume-Uni a atteint 296, soit une hausse de 82%. Ils déménagent à Paris, Bruxelles, Zurich, Genève et dans d’autres villes européennes à cause de l’incertitude croissante liée au Brexit.

    Des Européens aisés quittent le Royaume-Uni à l'approche du Brexit: en 2018, leur nombre a augmenté de 82% pour atteindre 296 individus, comme le rapporte Bloomberg en se référant aux données de la société Anthony Ward Thomas qui suit leurs déplacements. Il s'agit d'Européens dont la fortune est évaluée à plus de 5,67 millions d'euros dont la majorité sont des ressortissants de pays de l'Union européenne.

    Paris, Bruxelles, Zurich, Genève, ainsi que le sud de la France et l'Espagne sont les principales destinations des déménagements hors du Royaume-Uni. Certains d'entre eux partent aux îles Anglo-Normandes qui sont sous la juridiction de la Couronne britannique mais ne font pas parti du Royaume ce qui les libèrent d'un grand nombre d'impôts britanniques.

    Selon le fondateur de la société Anthony Ward Thomas, il ne s'agit pas seulement du Brexit mais des pourparlers qui sont liés à la sortie de l'Union européenne.

    «Je ne dirais pas que c'est à cause du Brexit avec un "B" majuscule mais le fait que nous nous trouvons dans un tel désordre. […]Les gens quittent le navire parce que le navire lui-même est en train de sombrer», a déclaré M.Thomas dans une interview téléphonique.

    Selon lui, la perspective de l'arrivée au pouvoir du gouvernement travailliste de Jeremy Corbyn peut aussi influer sur l'envie des personnes aisées de quitter le Royaume-Uni.

    Mardi, le parlement britannique a rejeté l'accord négocié par le gouvernement avec l'Union européenne. La Première ministre britannique, Theresa May, qui a ensuite échappé de justesse à une motion de censure, pourrait désormais demander un report de la date de sortie du Royaume-Uni de l'UE, fixée au 29 mars 2019, ce qu'elle a exclu jusqu'ici.

    Lire aussi:

    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Emmanuel Macron s’enfonce toujours plus dans les sondages
    Sentinelle, drones, LBD... L'acte 19 des Gilets jaunes sous étroite surveillance à Paris
    Tags:
    impôt, fortune, déplacement, Brexit, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik