Ecoutez Radio Sputnik
    un modèle biélorusse Anastassia Vakouchevich (Nastia Ribka)

    Expulsés de Thaïlande, ces «sexe-gourous» sont arrêtés à leur arrivée à Moscou (vidéo)

    © REUTERS / Jorge Silva
    International
    URL courte
    16566
    S'abonner

    La police moscovite a confirmé à Sputnik avoir interpellé jeudi à l'aéroport de Chérémetiévo quatre personnes, expulsées de Thaïlande et soupçonnées en Russie d'incitation à la prostitution. Parmi elles, un modèle biélorusse connu pour avoir affirmé détenir des informations sur l'ingérence russe présumée dans les élections américaines.

    Dans le cadre d'une enquête sur un réseau de prostitution, la police russe a arrêté jeudi à l'aéroport de Chérémetiévo un modèle biélorusse Anastassia Vakouchevich, jeune femme plus connue sous le nom de Nastia Rybka, et un ressortissant russe Alexandr Kirillov, arrivés à Moscou après avoir été expulsés de Thaïlande.

    La vidéo de leur arrestation a été publiée par une chaîne russe. Sur les images, on peut voir la jeune femme résister aux policiers et crier «je ne veux pas aller nulle part».

    La police a déjà confirmé à Sputnik les faits et a précisé qu'outre les deux personnes en question, elle avait arrêté une femme et un homme russes dans le cadre de la même enquête.

    Le modèle biélorusse Anastassia Vakouchevich et Alexandr Kirillov sont sortis de l'anonymat après avoir donné à l'opposant russe Alexeï Navalny une interview sur la vie privé de l'homme d'affaires russe Oleg Deripaska.

    Quelques jours après la parution de cet entretien, 10 personnes, dont Mme Vakouchevich et M. Kirillov, ont été arrêtées en Thaïlande le 26 février 2018 lors d'une session de «sexe-trainings». Ils ont été accusés d'entrée illégale sur le territoire thaïlandais, de séjour dans le pays après expiration de leurs visas et d'activité salariée sans permis de travail.

    Pendant sa détention provisoire, Mme Vakouchevich a affirmé sur son compte Instagram être prête à transmettre à la presse américaine des enregistrements concernant les relations entre des députés russes et Donald Trump et «ce buzz sur les élections aux États-Unis». Toutefois, en septembre 2018, elle a déclaré ne pas vouloir révéler les informations sur les élections américaines qu'elle prétendait détenir.

    Quelques mois après leur arrestation, l'enquête a été requalifiée en création d'une société clandestine, prestations de services sexuels dans le cadre d'un groupe illégal et proxénétisme. Le 15 janvier 2019, les accusés ont été reconnus coupables de tous les chefs d'accusation et condamns à une peine de 18 mois de prison avec sursis. Ils avaient passé neuf mois en détention provisoire.

    Le 17 janvier, Mme Vakouchevich et M.Kirillov ont été expulsés de Thaïlande conformément à une décision de justice. En Russie, une enquête a été ouverte en sur la plainte de deux femmes, dont les noms ne sont pas connus, qui les ont accusés de les avoir incitées à la prostitution, a indiqué à Sputnik, Dmitri Zatsarinski, avocat de Mme Vakouchevich.

    Kristina Chérémetiéva, femme d'Alexandr Kirillov, a déclaré hier aux journalistes que juste après son arrestation, des hommes qui se présentaient comme des employés du FBI avaient rendu visite à M.Kirillov et Mme Vakouchevich dans leur prison de Bangkok et leur avaient promis la liberté en échange d'informations. Selon elle, ces derniers «ne leur ont rien dit et l'enquête traîné pendant 10 mois». Elle a également précisé que Mme Vakouchevich «n'a aucun fichier compromettant ».

    Tags:
    sexe, Nastia Rybka, Oleg Deripaska, Donald Trump, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik