Ecoutez Radio Sputnik
    Afrique

    Le vice-PM italien accuse la France de «coloniser» l’Afrique et réclame des sanctions

    CC0 / Pixabay/MichaelGaida
    International
    URL courte
    10728729

    Luigi Di Maio s’est prononcé pour l’instauration de sanctions contre les pays «qui ne décolonisent pas l'Afrique». Selon lui, il s’agit, tout d’abord, de la France.

    Le vice-président du Conseil des ministres italien et dirigeant du Mouvement cinq étoiles (M5S), Luigi Di Maio, a appelé l'Union européenne à instaurer des sanctions à l'encontre des pays qui, selon lui, «appauvrissent l'Afrique» et sont ainsi à l'origine de la crise migratoire. La France figure en tête de liste.

    «L'UE devrait sanctionner la France et tous les pays qui comme la France appauvrissent l'Afrique et font partir ces personnes [les migrants, ndlr], parce que la place des Africains est en Afrique pas au fond de la Méditerranée», a-t-il déclaré dimanche, lors de son déplacement dans les Abruzzes.

    Selon lui, «certains pays européens, la France en tête, n'ont jamais cessé de coloniser des dizaines de pays africains».

    M.Di Maio estime également que la France qui «imprime une monnaie, le franc des colonies», dans «des dizaines de pays africains», finance ainsi sa dette publique.

    «Si la France n'avait pas les colonies africaines, parce que c'est ainsi qu'il faut les appeler, elle serait la 15e puissance économique mondiale alors qu'elle est parmi les premières grâce à ce qu'elle est en train de faire en Afrique», a-t-il conclu.

    Il a également annoncé «une initiative parlementaire du M5S dans les prochaines semaines», impliquant notamment le gouvernement et les institutions européennes, visant «à sanctionner tous les pays qui ne décolonisent pas l'Afrique».

    Lire aussi:

    De nouveaux détails sur les causes possibles de l’incendie de Notre-Dame
    Moscou s’exprime sur les premiers résultats de la présidentielle en Ukraine
    Pour Thierry Mariani, voici pourquoi la crise des Gilets jaunes a commencé
    Tags:
    migrants, sanctions, Union européenne (UE), Luigi di Maio, Afrique, Italie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik