Ecoutez Radio Sputnik
    Moscou

    Comment les médias ont concocté des fake news sur la Russie

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    10525

    Le magazine The Intercept a rassemblé 10 échecs médiatiques sur les relations entre la Russie et les États-Unis. Comme l’explique l’auteur de l’article, il a été «extrêmement difficile» de dresser cette liste, des médias, en particulier CNN et MSNBC, supprimant souvent du Net des segments vidéo des moments les «plus embarrassants».

    Pendant plus de deux ans, des médias comme CNN, The Guardian et NBC, ont commis les 10 «pires erreurs» portant sur les relations entre Moscou et Washington, relate le magazine en ligne The Intercept qui en a fait une liste.

    «Il était extrêmement difficile de dresser cette liste, en partie parce que les médias (en particulier CNN et MSNBC) ont souvent supprimé du Net les segments vidéo de leurs moments les plus embarrassants», a expliqué The Intercept.

    Voici quelques exemples cités par le média:

    Fortune: RT a piraté la chaîne C-SPAN

    Le 12 juin 2017, le magazine américain Fortune a affirmé que RT avait piraté et pris le contrôle de la chaîne C-SPAN, et que ce dernier avait «confirmé» qu'il avait été piraté. Toute l'histoire s'est avérée fausse.

    The Washington Post: des hackers russes ont piraté le réseau électrique américain pour priver les Américains dans l'État du Vermont de chaleur pendant l'hiver.

    ​Le 30 décembre 2016, The Washington Post a signalé que «les pirates informatiques russes pénétraient dans le réseau électrique américain par le biais d'un service public dans le Vermont», provoquant une panique. Le média a pourtant reconnu quelques jours plus tard qu'il s'agissait de fausses informations.

    The Washington Post: le Kremlin s'est infiltré massivement dans le Net.

    ​Le 24 novembre 2016, The Washington Post a publié l'une de ses histoires les plus «incendiaires et sensationnelles» sur l'infiltration de la Russie dans la politique américaine par le biais des réseaux sociaux. Le quotidien américain a accusé «plus de 200 sites Web» d'être des «colporteurs systématiques de la propagande russe pendant la saison électorale». D'après le média, «les histoires diffusées ou promues par la campagne de désinformation [sur Facebook, ndlr] ont été visionnées plus de 213 millions de fois». L'information n'a jamais été confirmée.

    CNN: Anthony Scaramucci, collaborateur de Donald Trump, est impliqué dans le fonds alternatif russe faisant l'objet d'une enquête du Sénat.

    Le 22 juin 2017, CNN a annoncé que le collaborateur de Donald Trump, Anthony Scaramucci, était lié au fonds alternatif russe qui faisait l'objet d'une enquête du Sénat. Ce n'était pas le cas. CNN s'est donc rétractée.

    NBC / MSNBC: la Russie a attaqué des «diplomates» américains à l'ambassade de Cuba à l'aide d'une arme à micro-ondes sonique ultrasophistiquée.

    ​Le 11 septembre 2017, NBC News et MSNBC ont diffusé des informations selon lesquelles la Russie était à l'origine d'une série d'attaques commises contre le personnel américain à l'ambassade de Cuba. Selon ces médias, Moscou les a menées à bien grâce à une arme à micro-ondes sonique, si sophistiquée que les scientifiques du Pentagone et de la CIA ne savaient pas comment la contrer.

    Slate: Donald Trump a créé un serveur internet secret assurant la communication avec une banque russe.

    The Guardian/Luke Harding: Paul Manafort, responsable de la campagne présidentielle de Donald Trump, a rendu visite à Julian Assange à trois reprises à l'ambassade équatorienne sans que personne ne s'en rende compte.

    ​Le 27 novembre 2018, The Guardian a publié une «bombe» selon laquelle le responsable de la campagne présidentielle de Donald Trump, Paul Manafort, avait réussi à pénétrer dans l'un des bâtiments les plus surveillés du monde, à savoir l'ambassade d'Équateur à Londres, et a rendu visite à Julian Assange à trois reprises. Selon The Guardian, ces visites ont eu lieu quelques mois avant que WikiLeaks ne publie les e-mails des Démocrates qui auraient été piratés par la Russie.

    CNN: Michael Cohen a déclaré que Donald Trump était au courant de la réunion à la Trump Tower.

    Selon la chaîne, le Président états-unien était au courant de la rencontre qui s'est déroulée entre le fils aîné de Donald Trump, son gendre, son directeur de campagne et une avocate russe deux semaines après sa victoire aux primaires républicaines. La source de cette information était Lanny Davis, homme politique et avocat, ce qui n'a jamais été le cas.

    BuzzFeed: Robert Mueller dispose des courriels internes et des interviews de témoins prouvant que Donald Trump a demandé à Michael Cohen de mentir au Congrès sur les négociations sur la construction de la Trump Tower à Moscou pour cacher son implication.

    CNN/MSNBC: Le fils de l'actuel résident de la Maison-Blanche, Donald Trump Jr, a eu accès aux e-mails des Démocrates prétendument piratés par Moscou et que Wikileaks allait publier.

    Lire aussi:

    Des artisans ayant travaillé à Notre-Dame déclarent ne pas arriver à comprendre l’incendie
    La France aurait mis en garde le Liban contre une possible attaque israélienne
    Un classement des 20 meilleurs smartphones actuels en rapport qualité-prix
    Tags:
    relations, désinformation, piratage, élection présidentielle, Donald Trump, Robert Mueller, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik