Ecoutez Radio Sputnik
    La couronne royale (image d'illustration)

    Traité de paysan, un Britannique rapporte la violence d’un garde-chasse d’Élisabeth II

    © AP Photo / Toby Melville
    International
    URL courte
    5223

    Non loin du domaine royal de Sandringham House, un Britannique a appelé la police après avoir été agressé par un garde-chasse de la famille royale qui l’avait traité de paysan et lui avait asséné des coups de bâton, selon The Sun.

    Un Britannique nommé Patrick Panks, âgé de 43 ans, a relaté à The Sun qu'il avait été frappé avec un bâton par un garde-chasse de la famille royale, lequel l'avait traité de «paysan».

    Selon Patrick Panks, l'incident a eu lieu non loin du domaine royal de Sandringham House, deux jours après l'accident de la route du prince Philip.

    Arrivé à un coin de rue, il a dû s'arrêter au milieu de la route, juste devant le garde-chasse qui tenait en laisse environ six chiens. Celui-ci, furieux, a agité son bâton et a frappé l'avant de la voiture.

    «J'ai baissé la vitre et avant que je puisse dire quoi que ce soit, il a crié: "Faites attention à mes chiens, foutu paysan", a raconté le conducteur.

    M.Panks est descendu de son véhicule et a alors reçu un coup de bâton sur la tête.

    «Il a cassé son bâton sur ma tête. J'ai senti le sang couler sur mon cou, mais il continuait à me frapper avec le reste de son bâton comme un possédé», a-t-il décrit.

    L'homme, qui a appelé la police, a eu besoin de soins médicaux.

    Il s'est avéré que l'agresseur était un garde-chasse de la famille royale. Le palais de Buckingham a refusé de commenter l'incident.

    «Le fait qu'un garde-chasse des domaines royaux pense pouvoir me frapper signifie qu'il est au-dessus de la loi», s'est indignée la victime de l'agression.

    Deux jours plus tôt, il avait été annoncé que le prince Philip, duc d'Édimbourg, âgé de 97 ans, avait été impliqué dans un accident de la route près du domaine de Sandringham House. Après la collision, deux personnes à bord de l'un des véhicules avaient été soignées pour des blessures légères.

    Lire aussi:

    La France au seuil d’une révolution? Le sondage alarmant de l’Ifop
    Gilets jaunes: l’armée sera déployée samedi pour sécuriser des bâtiments
    Les derniers mots des pilotes du crash du Boeing 737 MAX révélés par les boîtes noires
    Tags:
    agresseur, accident de la route, Palais de Buckingham, prince Philip, duc d’Édimbourg
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik