Ecoutez Radio Sputnik
    Construction du gazoduc Nord Stream 2

    Nord Stream 2: «Pour les États-Unis, tous les moyens sont bons pour morceler l’Europe»

    © Sputnik . Sergei Guneyev
    International
    URL courte
    Gazoduc Nord Stream 2 (182)
    15409

    Réagissant aux déclarations américaines sur leur intention de frapper de sanctions les entreprises impliquées dans le projet Nord Stream 2, Moscou a indiqué qu'elles faisaient partie de l'ensemble des mesures de dissuasion à l'égard de la Russie. Plusieurs experts ont donné à Sputnik leur opinion sur «ce projet extrêmement important».

    Les États-Unis sont farouchement opposés à la construction du gazoduc Nord Stream 2 au point que l'ambassadeur américain en Allemagne, Richard Grenell, a évoqué de possibles sanctions contre les participants au projet. Sputnik a demandé l'avis de plusieurs experts sur la question.

    Francis Perrin, spécialiste des questions énergétiques à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), a évoqué les moyens de Washington pour exprimer son opposition à «ce projet extrêmement important».

    «Cette forte opposition américaine sous l'administration Trump s'est manifestée d'une part par des pressions sur les pays membres de l'Union européenne et également par des pressions, explicites ou implicites, sur des entreprises qui pourraient être impliquées dans ce projet soit en termes d'exploitation, soit en termes de construction et par des institutions qui pourraient être amenées à financer une partie du coût de ce projet», a-t-il indiqué.

    Il a rappelé la position d'Angela Merkel qui a déclaré que l'Allemagne ne s'opposerait pas au Nord Stream 2 «sauf si les autorités russes profitent de la construction du Nord Stream 2 pour arrêter le transit du gaz russe vers l'Europe via l'Ukraine».

    «C'est la seule condition politique posée par le gouvernement allemand qui pour l'instant résiste aux pressions américaines qui sont extrêmement fortes […] Les pressions américaines ne se sont pas traduites par l'opposition de l'ensemble de pays européens face au projet du Nord Stream 2. Mais il y a une division au sein de l'UE sur ce projet. Et les autorités US espèrent compter sur ces divisions pour retarder l'avancement du Nord Stream 2», a encore noté Francis Perrin.

    Graziani Tiberio, politologue et président de la plateforme internationale Vision & Global Trends à Rome, a affirmé de son côté que les États-Unis ciblaient des objectifs géostratégiques pour une perspective à long terme.

    «La réalisation du projet Nord Stream 2 n'est qu'une partie de ce grand jeu. L'objectif numéro un en est de rompre tous les liens dans les infrastructures de livraison des ressources entre l'Europe continentale et la Russie. Pour les États-Unis, tous les moyens sont bons pour morceler l'Europe, la rendant plus faible et la contraignant à s'adresser à son allié, les USA. L'autre objectif des États-Unis, pour une perspective à moyen terme, est de vendre à l'Europe leur gaz de schiste, bien qu'ils ne réfléchissent pas aux difficultés de son transport», a-t-il expliqué.

    Christian Wipperfürth, membre associé du Conseil allemand des relations internationales, a pour sa part dit ne pas croire que les États-Unis s'élèvent contre le projet pour la seule raison qu'ils veulent vendre eux-mêmes du gaz, car le pays ne pourra jamais fournir à l'Europe les quantités nécessaires à un prix concurrentiel.

    «Je pense que la pression se renforce pour que l'Allemagne accepte de faire des concessions dans d'autres domaines. Il est question non pas du Nord Stream 2, mais d'une plus grande souplesse que l'Allemagne devrait manifester sur d'autres questions. Il s'agit de l'excédent de sa balance commerciale ou, par exemple, du fait que Berlin ait récemment révoqué le droit d'opérer sur son territoire à une compagnie aérienne iranienne, ce que l'Allemagne refusait de faire depuis de longues années. Maintenant, elle a cédé sous la pression des États-Unis.»

    Le politologue allemand Erhard Crome a émis pour sa part une autre hypothèse.

    «D'ici à 2025, les États-Unis veulent dominer au moins 50% du marché gazier européen. Mais ils ne peuvent pas le faire sans évincer la Russie d'une grande partie de ce marché», a-t-il affirmé.

    Nicolas Bay, député RN au Parlement européen, estime pour sa part que la pierre d'achoppement dans le projet Nord Stream 2 est le gaz américain.

    «Les Américains veulent que les Européens achètent leur gaz de schiste plutôt que le gaz naturel russe, pourtant moins cher, plus sûr, plus facile à acheminer et plus respectueux de l'environnement», a-t-il indiqué.

    Selon lui, les USA se conduisent sans façons dans ce domaine, «ils usent et abusent de l'extraterritorialité de leur droit. Et l'Union européenne plie systématiquement […] bien qu'un règlement de 1996 soit censé protéger nos entreprises de l'extraterritorialité du droit américain».

    «En l'occurrence, ce sont nos intérêts, notamment ceux de l'entreprise française Engie, qui sont menacés par cette guerre juridique que nous mènent les États-Unis», a rappelé Nicolas Bay.

    Pour Konrad Renkas, journaliste indépendant et politologue polonais, la raison principale du lobbying contre le projet Nord Stream 2 est cachée aux Polonais.

    «Les actions des Américains sont moins antirusses qu'antieuropéennes», a-t-il souligné, affirmant que les États-Unis cherchaient à contrecarrer tout ce qui pourrait amener l'Europe à ne plus dépendre des États-Unis.

    «D'où l'opposition au renforcement d'une coopération énergétique mutuellement avantageuse entre l'Europe et la Russie, d'où une forte pression américaine contre la collaboration avec l'Iran, d'où, enfin, la lutte contre la Nouvelle route de la soie», a-t-il noté.

    Plus forte est l'Europe, plus faible est le diktat américain et moins évidente est la possibilité de vendre du gaz américain, qui revient cher aux Européens, en retour de la «protection» américaine, a-t-il expliqué.

    Le projet Nord Stream 2 est réalisé par la société russe Gazprom, en coopération avec les entreprises européennes Engie, OMV, Shell, Uniper et Wintershall. Le gazoduc reliant la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique devrait être mis en service d'ici à la fin 2019. Les États-Unis s'opposent énergiquement à ce projet.

    La Russie a déclaré plusieurs fois qu'il s'agissait d'un gazoduc absolument commercial et compétitif. Par ailleurs, Vladimir Poutine a souligné que l'élaboration du Nord Stream 2 ne signifiait pas pour autant l'arrêt du transit de gaz russe via l'Ukraine.

    Dossier:
    Gazoduc Nord Stream 2 (182)

    Lire aussi:

    Un avion fait un amerrissage d’urgence devant des vacanciers abasourdis aux USA – vidéo
    L'Iran affirme avoir arraisoné un pétrolier étranger dans le golfe Persique
    Castaner décore des policiers impliqués dans les plus gros scandales de ces derniers mois
    Tags:
    hypothèse, compagnie aérienne, transports, division, projet, pressions, gaz de schiste, Nord Stream 2, Wintershall, Uniper, Royal Dutch Shell, OMV (groupe énergétique), Gazprom, ENGIE (ex-GDF Suez), Union européenne (UE), Sputnik, Donald Trump, Richard Grenell, Angela Merkel, mer Baltique, Berlin, Washington, Russie, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik