Ecoutez Radio Sputnik
    Le siège du journal The New York Times à New York

    L’armée vénézuélienne et la Russie forcent Guaido «à passer à la défensive», selon le NYT

    © AFP 2019 Emmanuel Dunand
    International
    URL courte
    Tentative de coup d'État au Venezuela (211)
    371516
    S'abonner

    L'opposant Juan Guaido, qui s'est autoproclamé mercredi dernier «Président en exercice» du Venezuela et qui a prêté serment dans la rue, est contraint de se tenir sur la défensive après que le gouvernement vénézuélien s'est assuré le soutien des forces armées et celui de la Russie, indique The New York Times.

    Le gouvernement vénézuélien, qui se trouve actuellement dans une situation difficile, a porté un coup dur à ses opposants en ayant obtenu le soutien de l'armée et de la Russie, constate The New York Time.

    «Le Président vénézuélien Nicolas Maduro s'est retrouvé ainsi en plein cœur d'une confrontation dans le genre de la Guerre froide entre Moscou qui, allié de Caracas, aidait le gouvernement du pays et y envoyait des milliards de dollars, et Washington, qui qualifie Nicolas Maduro d'autocrate corrompu ne disposant pas d'autorité légitime», indique le journal.

    L'administration Trump a proposé jeudi de lui emboîter le pas et le secrétaire d'État, Mike Pompeo, a appelé tous les pays de l'hémisphère ouest à ne pas reconnaître Nicolas Maduro comme Président et à «s'aligner sur la démocratie». Mercredi encore, il semblait que Juan Guaido, qui «s'est proclamé président légitime du pays avec le soutien de Donald Trump et de plusieurs gouvernements de la région», avait la main, poursuit le quotidien.

    «Mais dès jeudi, Nicolas Maduro a obligé Juan Guaido à passer à la défensive», note The New York Times.

    Lors d'une conférence de presse, le chef des forces armées vénézuéliennes a déclaré sa loyauté envers le chef de l'État et a estimé que les actions de l'opposition pour l'écarter du pouvoir revenaient à une tentative de coup d'État.

    Un autre coup dur a été porté à l'opposition par la Russie qui a mis en garde les États-Unis contre toute ingérence au Venezuela, fait remarquer le journal.

    En effet, au cours d'un entretien téléphonique qu'il a eu avec son homologue venézuélien, Vladimir Poutine a souligné que «l'ingérence extérieure destructrice violait grossièrement les normes fondamentales du droit international» et «a préconisé la recherche d'une solution dans le respect de la Constitution vénézuélienne», a déclaré jeudi le service de presse du Kremlin.

    The New York Times rappelle également que les États-Unis ont offert une aide de 20 millions de dollars (un peu plus de 17 millions d'euros) à Juan Guaido et ses partisans et ont demandé une réunion d'urgence samedi du Conseil de sécurité sur la situation au Venezuela.

    Avant de tirer la conclusion suivante: «Tous ces évènements ont intensifié la confusion et le conflit sur la question de savoir qui est le Président légitime du Venezuela.»

    L'opposant Juan Guaido, renvoyé le mardi 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé mercredi «Président en exercice» du pays et a prêté serment dans la rue. Nicolas Maduro a parlé de coup d'État.

    La Russie a pour sa part «estimé indispensable de surmonter les différends existant au sein de la société vénézuélienne par le dialogue», tout en apportant son soutien au Président élu, Nicolas Maduro.

    Dossier:
    Tentative de coup d'État au Venezuela (211)
    Tags:
    The New York Times, conflit, dialogue, mise en garde, tentative de coup d'Etat, opposition, Constitution, droit international, armée, Conseil de sécurité de l'Onu, Kremlin, Mike Pompeo, Donald Trump, Juan Guaido, Vladimir Poutine, Nicolas Maduro, Washington, Caracas, États-Unis, Venezuela, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik