Ecoutez Radio Sputnik
    Crise au Venezuela

    Crise au Venezuela: doit-on craindre le «scénario syrien» en Amérique latine?

    © AP Photo / Ramon Espinosa
    International
    URL courte
    Tentative de coup d'État au Venezuela (210)
    16231
    S'abonner

    Huit mois après l’élection présidentielle remportée par Nicolas Maduro, le Venezuela est en proie à une grave crise politique attisée par des forces aussi bien vénézuéliennes qu’étrangères qui s’emploient à renverser le gouvernement chaviste. Deux politologues brésiliens donnent à Sputnik leur vision de la situation actuelle au Venezuela.

    Ce n'est pas la première fois que des forces politiques tant à l'intérieur du Venezuela qu'à l'étranger essaient de renverser un gouvernement d'inspiration chaviste, a rappelé à Sputnik Diego Pautasso, professeur de relations internationales au Collège militaire de Porto Alegre, commentant la crise qui a éclaté au Venezuela après que Donald Trump a reconnu l'opposant Juan Guaido comme «Président par intérim» du pays.

    «Les documents officiels des États-Unis étaient ouvertement hostiles tout d'abord au gouvernement de Chavez et le sont maintenant à Maduro. Il est évident que les élites traditionnelles du Venezuela et les États-Unis ont mis le gouvernement en état de siège», a estimé l'interlocuteur de l'agence.

    Selon ce dernier, cela se traduit par des crises économiques et institutionnelles qui, ajoutées au cours peu élevé du pétrole, ont placé le gouvernement de Nicolas Maduro dans une situation difficile. Quoi qu'il en soit, le Président et son gouvernement ont toujours un puissant appui à l'intérieur du pays.

    M.Pautasso a prévenu d'un risque de guerre civile au Venezuela et a condamné la position du gouvernement brésilien qui avait reconnu Juan Guaido comme Président vénézuélien.

    «C'est une position assez imprudente […] Il n'y a pas longtemps le Brésil intervenait en médiateur […] À présent, c'est tout le contraire. Nous intervenons contre nos voisins, contre un pays qui a été l'un de nos principaux partenaires commerciaux. Je le trouve très risqué et susceptible de produire un effet contraire, peu désirable pour le Brésil», a indiqué le politologue.

    Un autre interlocuteur de Sputnik, l'historien Rafael Araujo, professeur à l'Université de l'État de Rio de Janeiro (UERJ), a prêté une attention particulière au fait que le Venezuela avait à présent deux Présidents, reconnus par différents pays, ce qui rendait la situation actuelle extrêmement imprévisible.

    Il a prévenu du danger d'ingérence extérieur d'après le modèle de la Syrie, de la Libye et de l'Irak. À cette occasion, il a critiqué l'attitude du ministère brésilien des Affaires étrangères.

    Selon M. Araujo, l'actuelle situation au Proche-Orient «montre à quel point s'ingérer dans la politique intérieure de pays tiers est un choix erroné».

    L'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé mercredi «Président en exercice» du pays et a prêté serment pendant une manifestation à Caracas. Donald Trump l'a reconnu comme «Président par intérim». La décision de M.Trump a été soutenue par le Canada et la plupart des pays latino-américains.

    Nicolas Maduro a estimé que les États-Unis avaient essayé d'organiser un coup d'État au Venezuela et, le 23 janvier, a rompu les relations diplomatiques avec ce pays, donnant 72 heures à ses diplomates pour quitter le territoire vénézuélien. M.Maduro a qualifié M.Guaido de Président non constitutionnel. La Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie et le Mexique ont exprimé leur soutien au Président Maduro.

    Dossier:
    Tentative de coup d'État au Venezuela (210)
    Tags:
    Assemblée nationale du Venezuela, gouvernement, élites, élection présidentielle, président, coup d'Etat, opposition, Union européenne (UE), ministère brésilien des Affaires étrangères, Collège militaire de Porto Alegre, Sputnik, Université de l'État de Rio de Janeiro (UERJ), Hugo Chavez, Diego Pautasso, Donald Trump, Rafael Araujo, Nicolas Maduro, Syrie, Irak, Proche-Orient, Amérique latine, Canada, Chine, Russie, Caracas, États-Unis, Venezuela
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik