Ecoutez Radio Sputnik
    L'Arabie Saoudite a-t-elle acheté la politique française au Moyen-Orient ?

    L'Arabie saoudite a-t-elle acheté la politique française au Moyen-Orient?

    © Sputnik . Sputnik France
    International
    URL courte
    Louis Doutrebente
    8158

    La France est-elle inféodée à l'Arabie saoudite dans sa politique au Moyen-Orient? À travers les différentes crises et guerres (Iran, Syrie, Liban, Qatar, Yémen) dans lesquelles Riyad et Paris sont impliqués, Sputnik analyse dans Désalliances, la relation géopolitique Arabie saoudite - France.

    La France est-elle le relais fidèle des ambitions et des colères saoudiennes au Proche et Moyen-Orient, notamment dans sa guerre contre l'Iran, qui met la région à feu et à sang?

    «Les positions de la France, sur tous les sujets, Israël et la Palestine, le Liban, la Syrie, l'Iran, l'Irak, le Yémen, sont presque complètement alignées sur les nôtres», affirmait Adel Al-Jubeir, l'ancien ministre saoudien des Affaires étrangères en 2016. 

    Mais concrètement, est-ce le cas dans les guerres en Syrie et au Yémen, ainsi que dans les crises au Liban et au Qatar?
    Analyse d'une alliance… pas vraiment équilibrée au Proche et Moyen-Orient.

    Lire aussi:

    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Une femme frappée par une bande en plein Paris durant la Fête de la musique (vidéo)
    Tags:
    desalliances, accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), alliance militaire, programme balistique, conflit, concurrence, missiles balistiques, alliance, guerre civile, nucléaire, guerre, armements, Daech, coalition anti-Daech, Hezbollah, Etat islamique, Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Benjamin Netanyahu, Saad Hariri, Adel al-Jubeir, Michel Aoun, Emmanuel Macron, Jean-Yves Le Drian, Homs, Idlib, Riyad, Doha, Téhéran, Beyrouth, Bagdad, Qatar, Sanaa, Damas, Arabie Saoudite, Liban, Iran, Yémen, Syrie, Paris, France, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik