Ecoutez Radio Sputnik
    Un chasseur américain

    La coalition US reconnaît avoir tué 1.190 civils entre 2014 et 2018 en Irak et en Syrie

    © AP Photo / Petr David Josek
    International
    URL courte
    3220

    La coalition dirigée par les États-Unis a reconnu la mort de 1.190 civils en Irak et en Syrie dans des raids effectués de 2014 à 2018, d'après une déclaration de la coalition.

    La coalition anti-Daech* menée par les États-Unis a reconnu dans un communiqué la mort de 1.190 civils de 2014 à 2018 en Irak et en Syrie. Pourtant, l'agence Associated Press dénombrait entre 9.000 et 11.000 civils tués par la coalition simplement pour la bataille de Mossoul, en Irak.

    La chaîne de télévision Ikhbariya a annoncé que cinq enfants et trois femmes avaient perdu la vie mercredi dans un nouveau bombardement de la coalition internationale dans le gouvernorat syrien de Deir ez-Zor.

    L'opération de la coalition internationale, sous commandement américain, avait débuté en juin 2014 en Irak, et en septembre de la même année en Syrie, où la coalition opère sans l'accord des autorités du pays.

    D'août 2014 à août 2018, la coalition a réalisé, selon ses propres informations, 30.008 raids aériens en Irak et en Syrie.

    Le gouvernement syrien s'est adressé à de très nombreuses reprises au Conseil de sécurité des Nations unies pour lui demander de condamner les opérations de la coalition qui font des victimes civiles et qui portent un préjudice matériel aux infrastructures.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    La gendarmerie italienne donne des précisions sur le randonneur français retrouvé mort
    Tags:
    frappes, morts, infrastructure, frappe aérienne, coalition anti-Daech, Deir ez-Zor, Mossoul, Syrie, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik