Ecoutez Radio Sputnik
    The scene of a suspected car bomb is seen in Londonderry, Northern Ireland January 20, 2019

    Le retour du terrorisme irlandais? L'IRA revendique l'attaque à la voiture piégée de Derry

    © REUTERS / Clodagh Kilcoyne
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    681

    Le terrorisme européen reprendrait-il des couleurs ? 37 ans après le «Bloody Sunday», qui avait fait 14 morts, «un groupe se présentant comme l'IRA» a revendiqué l'attentat à la voiture piégée du 19 janvier. Mais la police britannique privilégie la piste de la «nouvelle IRA».

    Le terrorisme européen est-il de retour? La question se pose après que le quotidien nord-irlandais Derry Journal a confirmé mardi 29 janvier avoir reçu un communiqué dans lequel «un groupe se présentant comme l'IRA» revendique l'explosion d'une voiture à Londonderry, en Irlande du Nord, dix jours plus tôt.

    «Nous avons bombardé le tribunal de Derry» annonce le communiqué, qui ajoute que «l'IRA continuera de frapper les forces et le personnel royal, ainsi que leur pouvoir impérial», reprenant la rhétorique du groupe armé.

    L'IRA, pour Armée Républicaine d'Irlande (Irish Republican Army en anglais), est un mouvement nationaliste irlandais né au début du 20e siècle dans le but d'unifier l'Irlande hors du Royaume-Uni. Usant de méthodes violentes, l'IRA s'est progressivement délitée au fur et à mesure que ses composantes ont intégré la vie politique; avant de subir un revers décisif en 1998 avec la signature des accords de Belfast, rétablissant ainsi la paix en Irlande.

    La date de diffusion du communiqué, qui correspond à la veille du 37e anniversaire du «Bloody Sunday», laisse à penser que la cause serait liée à celle de l'IRA. En effet, le 30 janvier 1972, la police britannique avait durement réprimé une manifestation à Derry, près de la frontière avec la République d'Irlande, faisant 14 morts et 28 blessés par armes à feu. Cet événement, qualifié de massacre, avait eu comme effet d'accroître le soutien populaire à l'IRA.

    Pour autant, la police privilégie depuis le début l'hypothèse que l'IRA, en tant qu'entité, n'est pas à l'origine de la voiture piégée ayant explosé devant le tribunal de Derry le 19 janvier dernier. Les autorités ont en effet annoncé à Reuters que leurs principaux suspects étaient le «New IRA», l'un des quatre reliquats de l'organisation d'origine ayant refusé les accords de paix de 1998.

    «Notre principale piste est la nouvelle IRA» avait déclaré le responsable policier local le 20 janvier lors d'un point presse, assurant qu'il s'agissait «d'un petit groupe non représentatif.»

    L'explosion, qualifiée d'attentat à la voiture piégée, est prise très au sérieux par le gouvernement britannique, auquel le DUP, parti unioniste irlandais, participe. Dès le 20 janvier, au lendemain de l'attaque, les forces de police nord-irlandaises annonçaient l'arrestation de quatre personnes dans cette affaire.

    S'il semblerait donc que l'explosion d'une voiture piégée devant le tribunal de Derry soit le fait d'un groupe restreint, et non de l'IRA, comme le communiqué transmis au Derry Journal le laisse penser, rien ne confirme pour l'heure qu'il s'agisse d'un acte isolé.

    «Notre combat continue», conclut ainsi le communiqué revendiquant l'attentat du tribunal de Derry.

     

    Lire aussi:

    Un homme armé d’un couteau commet une agression à Villejuif, il aurait crié «Allahu Akbar»
    Madonna et les candidats islandais sortent un drapeau palestinien lors de l’Eurovision en Israël (images)
    Une explosion vise un car de touristes près des pyramides en Égypte (photos)
    Tags:
    terrorisme irlandais, voiture piégée, explosion, bombe, attentat, Bloody Sunday (1972), Derry Journal, New IRA, Irish Republican Army (IRA), Londonderry, Derry, Royaume-Uni, Irlande du Nord, Irlande
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik