Ecoutez Radio Sputnik
    Caracas

    Le Venezuela réagit aux déclarations de Trump sur une possible intervention militaire

    CC0 / Pixabay/149342
    International
    URL courte
    Tentative de coup d'État au Venezuela (210)
    481428

    Caracas considère comme inconsistantes et condamne les délarations de Donald Trump selon qui le scénario de l'envoi de soldats américains au Venezuela est «une des options» examinées, a fait savoir la vice-présidente de la République bolivarienne.

    Le Venezuela a condamné la déclaration faite aujourd'hui par Donald Trump sur CBS concernant l'option d'une intervention militaire des États-Unis, a fait savoir la vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodriguez [le nom a été corrigé].

    «Le peuple vénézuélien montera la garde aux frontières de sa patrie et ne permettra aucune intervention étrangère, d'où qu'elle vienne», a déclaré Jorge Rodriguez.

    Et de poursuivre:

    «N'en doutez pas, si une attaque a lieu, nous y répondrons».

    Plus tôt dans la journée, interrogé sur CBS au sujet d'un possible envoi de soldats américains au Venezuela et d'une justification de ce choix par «des intérêts de sécurité nationale», Donald Trump a confirmé qu'il n'excluait pas ce scénario. Il a souligné qu'il ne voulait pas le dire, mais que c'était certainement «une des options».

    L'administration américaine contrôle l'opposition vénézuélienne, selon Caracas

    Jorge Arreaza, chef de la diplomatie vénézuélienne, a également commenté les propos de Donald Trump sur une possible intervention militaire américaine. 

    «En menaçant d'avoir recours aux forces militaires en violation de la Charte de l'Onu, Donald Trump confirme qu'il dirige un coup d'État. L'opposition vénézuélienne est contrôlée par Trump», a déclaré le ministre.

    Pour rappel, l'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain «Président en exercice» du pays et a prêté serment pendant une manifestation à Caracas. Donald Trump l'a reconnu comme «Président par intérim».

    Nicolas Maduro a estimé que les États-Unis avaient essayé d'organiser un coup d'État au Venezuela et a rompu les relations diplomatiques avec le pays, le 23 janvier. M.Maduro a qualifié M.Guaido de Président non-constitutionnel.

    Le 27 janvier, la France, l'Espagne, l'Allemagne, le Royaume-Uni et la Belgique ont annoncé qu'ils seraient prêts à reconnaître Juan Guaido comme Président du Venezuela si aucune élection n'était annoncée dans un délai de huit jours.

    Le 2 février, Nicolas Maduro a proposé d'organiser des élections législatives anticipées.

    Dossier:
    Tentative de coup d'État au Venezuela (210)

    Lire aussi:

    La Corée du Nord saisit un navire russe
    La Syrie dénonce une attaque israélienne contre son territoire
    Corée du Sud: la Russie réagit aux tirs de semonce présumés contre ses bombardiers
    Tags:
    intervention, Donald Trump, Venezuela, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik