International
URL courte
677118
S'abonner

Le chef des opérations maritimes de l’US Navy a jugé nécessaire de «jouer en premier» face à Moscou et Pékin qui se montreraient de plus en plus «agressifs».

Les États-Unis doivent être prêts à réaliser la première frappe contre la Russie et la Chine qui utilisent leurs forces navales pour s'emparer de nouveaux territoires, a déclaré le chef des opérations maritimes de l'US Navy, l'amiral John Richardson.

D'après lui, les États-Unis ne doivent pas se contenter d'options de riposte face aux démarches agressives de la part de Moscou et Pékin:

«Je crois qu'il serait bon que nous forcions les Russes, et d'autres de nos adversaires, à répondre à une première action de notre part. C'est toujours un avantage de jouer en premier», a estimé l'officier général cité par The Business Insider.

Dans le même temps, M.Richardson a souligné qu'il était toujours nécessaire de garder patience, de respecter les règles et de s'en tenir à l'approche diplomatique. Pourtant, une fois les règles enfreintes, les États-Unis doivent selon lui opposer une réponse énergique, indique The Business Insider.

Les déclarations du chef de l'US Navy surviennent sur fond de tensions consécutives à la sortie des États-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev. Vladimir Poutine a pour sa part annoncé que la Russie suspendait également sa participation au Traité, en réponse au retrait américain.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
La plus forte augmentation de cas de Covid-19 en France en 24h depuis des mois
Entre théories du complot et déclarations officielles, quel est l’élément déclencheur des explosions à Beyrouth?
Tags:
tensions, Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), agression, US Navy, John Richardson, Chine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook