Ecoutez Radio Sputnik
    Douma, Syrie, image d'illustration

    «Les masques sont tombés»: Moscou répond au journaliste de la BBC sur «l’attaque» à Douma

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    281746

    Après les affirmations d’un employé de la BBC sur le caractère monté des scènes tournées à Douma suite à la présumée attaque chimique, la diplomatie russe et la rédactrice en chef de Sputnik ont tenu à rappeler que la Russie avait été de loin la première à en parler, mais que ses propos n’avaient pas trouvé d’écho en occident.

    Moscou voudrait connaître la position officielle de la BBC suite aux propos d'un de ses producteurs, selon lequel les images tournées dans un hôpital juste après l'attaque chimique à Douma étaient une mise en scène.

    «Même ceux qui propageaient l'idée du caractère justifié et modéré des actions menées par la coalition occidentale ne sont plus en mesure de jouer ce rôle, les masques sont tombés», a indiqué Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe.

    Elle a rappelé que la BBC couvrait les événements survenus à Douma le 7 avril 2018 sous un angle favorisant les actes de la coalition.

    Les propos du journaliste britannique ont également fait réagir la rédactrice en chef de Sputnik et RT, laquelle a tenu à rappeler que ces médias, sous sa direction, avaient été les premiers à relayer les informations relatives au caractère monté des images.

    «Il a fallu six (!!!) mois à un producteur de la BBC en charge de la Syrie pour faire une découverte sensationnelle: les images qui montrent les conséquences d'une "attaque chimique" à Douma ont été une mise en scène des Casques blancs», a-t-elle écrit sur Telegram.

    «Je rappelle qu'il nous a fallu beaucoup moins de temps pour arriver à cette conclusion. Mais nous sommes estampillés "média russe", il est interdit de nous croire, à l'inverse d'un producteur de la BBC», a ajouté la journaliste.

    De son côté, le Kremlin a indiqué que la position du producteur britannique coïncidait avec les conclusions des experts russes, qui l'affirmaient «dès le début».

    Ce producteur, Riam Dalati, a écrit le 13 février sur son compte Twitter être en mesure de prouver que les images tournées dans un hôpital après l'attaque chimique à Douma étaient une mise en scène. Selon lui, aucun décès n'est survenu dans le centre de soins. Tous les Casques blancs, autres personnes et activistes avec qui il s'est entretenu «étaient dans les zones d'Idlib ou de l'est de l'Euphrate. Une seule personne était à Damas».

    Tweet de Riam Dalatis
    Capture d'écran
    Tweet de Riam Dalatis
    Tweet de Riam Dalatis
    Capture d'écran
    Tweet de Riam Dalatis

    «L'attaque a eu lieu, le sarin n'a pas été utilisé, mais nous devons attendre les conclusions de l'OIAC pour confirmer si du chlore a été employé. Mais tout le reste qui est lié à l'attaque a été fabriqué pour renforcer l'effet», écrivait-il.

    Plus tôt, des pays occidentaux avaient accusé Damas d'une attaque chimique contre la ville syrienne de Douma, dans la Ghouta orientale et l'avaient menacé de frappes. Pour prouver l'attaque, l'organisation connue sous le nom de Casques blancs avait utilisé des images dévoilant des habitants de cette agglomération, dont des enfants, à l'hôpital et des médecins tentant de les sauver.

    La diplomatie russe a alors déclaré que le but de ces intoxs concernant un recours aux substances chimiques était de justifier les frappes étrangères sur la Syrie. Dès le 13 mars, l'état-major des Forces armées de Russie avait mis en garde contre une mise en scène d'une attaque chimique préparée par des extrémistes dans la Ghouta orientale.

    Lire aussi:

    Les ouvriers travaillant à Notre-Dame ont gravement violé une interdiction explicite
    Versailles sous des nuages épais de fumée à cause d'un incendie (vidéos)
    Le préfet de Paris aurait demandé de démuseler les chiens d'attaque pour l'acte 24
    Tags:
    BBC, Douma, Moscou, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik