International
URL courte
411715
S'abonner

Suite à un débat animé au sein du Parlement européen, les eurodéputées ont adopté jeudi une résolution qui condamne l’usage «disproportionné» des lanceurs de balles de défense (LBD) par les forces de l’ordre de certains pays membres de l’Union.

Sans désigner directement la France où plusieurs personnes ont été victimes des LBD lors de manifestations des Gilets jaunes, les députés européens ont largement condamné l’utilisation de cette arme par les forces de l’ordre des pays membres de l’Union européenne.

Votée par 438 voix pour, 78 contre et 87 abstentions, la résolution du Parlement européen «condamne le recours à certains types d’armes à létalité réduite par les forces de police contre des manifestants pacifiques, comme les projectiles à impact cinétique et les grenades lacrymogènes instantanées».

La résolution condamne également le recours par les forces de l’ordre «aux gaz lacrymogènes, aux canons à eau, aux pistolets à impulsions électriques et aux autres dispositifs» compte tenu que leur usage peut être «à l’origine de blessures graves dont les répercussions se feront sentir toute la vie durant».

Rappelons que le débat sur le sujet a été lancé par une coalition regroupant l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D), les Verts et la Gauche unitaire européenne (GUE) et se déroulaient en particulier autour de la situation en France avec les manifestations des Gilets jaunes.

Lundi, l’eurodéputée Génération.s Isabelle Thomas a tenu à souligner à Strasbourg que depuis trois mois en France «un mouvement social populaire fait l’objet d’une répression systématique et disproportionnée».

Elle a également rappelé que les États européens à l’exception de la France, de la Pologne et de la Grèce avaient banni l’usage des LBD et des grenades lacrymogènes explosives qui causent, selon elle, «des blessures de guerre».

Selon les chiffres officiels rapportés par l’AFP, plus de 3.000 personnes, Gilets jaunes et membres des forces de l'ordre, ont été blessées depuis le 17 novembre. Le collectif «Désarmons-les» donne le chiffre de 20 personnes qui ont été gravement blessées à l'œil, la plupart éborgnées, par la police depuis le début du mouvement.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Tags:
LBD (lanceur de balles de défense), France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook