Ecoutez Radio Sputnik
    Le drapeau marocain

    Le conseiller de Bouteflika est un «marocophobe impénitent», selon la presse marocaine

    © AP Photo / Abdeljalil Bounhar
    International
    URL courte
    7107

    «Le plus marocophobe des apparatchiks algériens» ou «marocophobe impénitent» dont la nomination «confirme la ligne hostile d'Alger envers le Maroc»: tels sont les qualificatifs donnés par la presse marocaine à Ramtane Lamamra, nouveau conseiller diplomatique du Président algérien.

    L'ancien ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a été nommé ministre d'État, conseiller diplomatique du Président Bouteflika, a indiqué jeudi un communiqué de la présidence.

    Le rappel de cet ancien ministre par le Président Abdelaziz Bouteflika auprès de lui n'est pas passé inaperçu pour la presse marocaine qui l'a qualifié de «marocophobe impénitent», «le plus marocophobe des apparatchiks algériens» ou encore de «triste symbole d'une hostilité anti-marocaine gratuite».

    «Vu d'ici [du Maroc, ndlr], le retour de Lamamra aux affaires confirme la ligne hostile d'Alger envers le Maroc, spécialement son intégrité territoriale», écrit le site d'information marocain Le360 qui rappelle également les «violentes attaques algériennes contre le Maroc».

    Les médias algériens, notamment Algérie patriotique, soulignent pour leur part que les journalistes marocains «omettent, cependant, de préciser que Ramtane Lamamra, sous la casquette de ministre des Affaires étrangères ou celle de conseiller du Président Bouteflika, fait entendre la voix de l'Algérie et non pas la sienne».

    «Son retour aujourd'hui en tant que conseiller diplomatique du Président Bouteflika constitue un nouveau signe de la radicalisation d'Alger à l'égard du Maroc, dont les relations avec Alger se sont particulièrement tendues sous sa mandature (2013-2017)», poursuit Le360.

    Avant d'affirmer que Ramtane Lamamra est «connu pour sa farouche hostilité à l'intégrité territoriale du Maroc».

    Le site algérien Tout sur l'Algérie (TSA) rappelle pour sa part que ce «brillant diplomate» a mené «après son départ surprise du gouvernement» des missions pour l'Onu et pour l'Union africaine et qu'il les conservait.

    Algérie 1 indique de son côté que la nomination de Ramtane Lamamra intervient «au lendemain de sa désignation comme responsable de la campagne électorale du Président Bouteflika à l'étranger».

    Dans son message à la Nation, Abdelaziz Bouteflika a annoncé sa candidature à sa propre succession pour l'élection présidentielle du 18 avril 2019.

    D'après une liste provisoire arrêtée par le ministère algérien de l'Intérieur au 29 janvier, 139 lettres d'intention de candidature ont été déposées en vue de la présidentielle. Parmi les postulants figurent 13 chefs de partis politiques et 126 prétendants indépendants. La date limite du dépôt des dossiers de candidature est fixée au 3 mars 2019 à minuit.

    Lire aussi:

    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Un militaire de Sentinelle ouvre le feu contre un homme armé d’un couteau près d'un hôpital militaire à Lyon
    Sur une vidéo devenue virale, des forces de l'ordre gazent les clients d'un café lors de l’acte 31
    Tags:
    candidature, intégrité territoriale, médias, ministre, conseiller, nomination, Union africaine (UA), ONU, Algérie 1, Tout sur l'Algérie (TSA), Algérie patriotique, 360 (journal marocain), Ramtane Lamamra, Abdelaziz Bouteflika, Alger, Maroc, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik