International
URL courte
13210
S'abonner

Sur fond de tensions entre la France et l'Italie, Emmanuel Macron a invité le Président italien à Paris «dans les prochains mois», a annoncé ce vendredi soir l'Élysée.

Emmanuel Macron a invité vendredi son homologue italien à effectuer une visite à Paris «dans les prochains mois», a indiqué l'Élysée.

L'invitation a été transmise par l'ambassadeur de France en Italie, Christian Masset, de retour à Rome une semaine après avoir été rappelé pour consultations à Paris.

«À son arrivée, il s'est entretenu avec le Président de la République italienne, Sergio Mattarella, et lui a remis une lettre du Président de la République l'invitant en France dans les prochains mois pour une visite d'État», a souligné l'Élysée.

Le Président italien a accepté l'invitation de son homologue français, a précisé dans la soirée le palais du Quirinal.

La crise a pu être désamorcée en grande partie grâce à un entretien téléphonique, mardi, entre les deux Présidents qui ont relevé l'importance des relations bilatérales.

Suite à des «attaques sans précédent», la France a rappelé le 7 février son ambassadeur en Italie pour consultations face à «une situation grave» qui «n'a pas de précédent depuis la fin de la guerre», a annoncé jeudi la porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

La décision des autorités françaises est survenue le lendemain de la rencontre entre des candidats des Gilets jaunes aux élections européennes et le vice-président des Conseils des ministre italien Luigi Di Maio. Précédemment, la diplomatie française a dénoncé une «provocation inacceptable» après cette réunion.

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Tags:
gilets jaunes, visite d'Etat, invitation, palais de l'Élysée, Luigi di Maio, Emmanuel Macron, Sergio Mattarella, Italie, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik