Ecoutez Radio Sputnik
    «Le rôle de leader des États-Unis à l’Otan» n’est dû qu’«à la contrainte et au chantage»

    «Le rôle de leader des États-Unis à l’Otan» n’est dû qu’«à la contrainte et au chantage»

    © Photo. U.S. Air Force/Tech. Sgt. Michael Fuller
    International
    URL courte
    8391
    S'abonner

    Lors de la 55e édition de la Conférence sur la sécurité de Munich, Angela Merkel s’est prononcée contre la politique appliquée par Donald Trump en des termes qui ne resteront sans doute pas sans conséquences, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Willy Wimmer, ancien secrétaire d'État au ministère fédéral allemand de la Défense.

    Cette dernière Conférence sur la sécurité de Munich aura été une sorte de rencontre de la «coalition anti-Trump» et le discours de la chancelière allemande y aura été applaudi même par les partisans dirait-on inébranlables de cette coalition militaire conduite par les États-Unis, a déclaré à Sputnik Willy Wimmer, ex-secrétaire d'État allemand à la Défense, commentant la critique de la politique de Donald Trump par Angela Merkel.

    «Cela est aussi devenu évident d'après le discours prononcé par le vice-Président des États-Unis Pence […] qui n'était pas du tout convaincant […] et qui permettait de constater que le rôle de leader des États-Unis à l'Otan n'était pas dû à la coïncidence des intérêts de tous ses membres, mais à des contraintes et à un chantage permanents», a estimé l'interlocuteur de l'agence.

    Et de rappeler que quand la Russie avait invité les attachés militaires occidentaux à assister à la démonstration du missile qui avait servi de prétexte aux États-Unis pour rompre le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), Washington avait fait pression sur les attachés militaires occidentaux. Finalement, à part les diplomates de Chypre et de la Grèce, personne d'autre n'a osé venir le voir.

    «Nous avons entendu les mêmes menaces de la bouche du vice-Président Pence au sujet du gazoduc Nord Stream 2 à Munich et, le jour précédent, à Varsovie. Mais si quelqu'un ne tient le rôle de leader dans une alliance quelconque que grâce à la contrainte et au chantage, cette alliance ne manquera pas d'éclater tôt ou tard», a souligné M.Wimmer.

    Selon ce dernier, tout cela rappelle bien les temps de la Guerre froide, et même si un jour ou l'autre, à Washington, on dénonce, on ne sait pas pourquoi, moins fréquemment la Russie, cela ne signifie rien.

    «Aussi, est-il nécessaire que le Président américain Donald Trump jouisse enfin d'une marge de manœuvre pour pouvoir mettre en œuvre sa propre politique. Et tant que cela est impossible, je suppose que la coalition militaire transatlantique à Washington, à Berlin, à Paris, à Bruxelles et à Londres fera tout pour que le monde ne devienne pas plus sûr», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Intervenant à la Conférence sur la sécurité de Munich, Angela Merkel a dénoncé avec fermeté l'unilatéralisme des États-Unis, notamment leur retrait du Traité FNI et de l'accord nucléaire avec l'Iran, et constaté que le monde devenait de plus en plus fragmenté.

    Lire aussi:

    Un chien se lance dans une bataille mortelle contre des loups pour sauver son ami – vidéo choc
    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
    Le roi du Maroc aurait refusé la visite de Benyamin Netanyahou
    Tags:
    coalition, gaz, Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), Nord Stream 2, Conférence de Munich 2019, ministère allemand de la Défense, Sputnik, OTAN, Mike Pence, Angela Merkel, Donald Trump, Willy Wimmer, Varsovie, Grèce, Chypre, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik