Ecoutez Radio Sputnik
    Avangard

    «Pourquoi s’énerver de la sorte?»: Zakharova répond à l’Otan après le message de Poutine

    © Photo. Ministry of Defence of the Russian Federation
    International
    URL courte
    402150

    Évoquant dans son discours le retrait unilatéral des États-Unis du Traité FNI, Vladimir Poutine a annoncé l’intention de la Russie de renforcer son arsenal pour pouvoir se défendre face aux missiles de l’Otan. L’Alliance a vivement réagi, ce qui n’est pas passé inaperçu à Moscou. La diplomatie russe a rappelé à Washington les origines de la crise.

    Les propos de Vladimir Poutine sur les mesures que la Russie sera contrainte de prendre après le retrait unilatéral des États-Unis du traité FNI ont été abondamment commentés à l'Otan, lequel a qualifié ces projets d'«inacceptables». Au lendemain de l'adresse annuelle du Président russe à l'Assemblée fédérale, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a tenu à rappeler que le chef de l'État n'évoquait que des mesures de riposte en cas «d'agression de la part des partenaires».

    «Pourquoi s'énerver de la sorte? Il y a un an, tous nos partenaires occidentaux se bousculaient en déclarant qu'il ne fallait pas redouter les "dessins animés russes" avec les armements dernier cri, que c'était un bluff du Kremlin», a-t-elle rappelé.

    «Et voilà que d'un coup, ils ont "compris" ce qui était sur "la séquence" et ont même commencé à deviner ce à quoi c'était lié», a ironisé Maria Zakharova sur son compte Facebook.

    La diplomate a ajouté que Moscou n'envisageait pas de rester les bras croisés face à l'élargissement de l'Otan, au retrait américain du Traité FNI sur les missiles, au renforcement du contingent états-uniens en Europe et à l'ingérence de Washington dans les affaires intérieures des États souverains.

    S'exprimant mercredi devant l'Assemblée fédérale, Vladimir Poutine a attribué à Washington la responsabilité du non-respect du Traité FNI, ajoutant que l'administration américaine «cherchait à se blanchir et à désigner des coupables».

    Il a rappelé qu'il suffisait de 10 à 12 minutes à certains types de missiles pour atteindre Moscou. «Dans ce contexte nous serions contraints —je souligne que nous serions justement contraints- de prendre des mesures symétriques et supplémentaires», expliquait-il.

    Selon le Président russe, dans ce cas-là, les armes russes pourraient être utilisées non seulement contre les zones d'où provient une menace directe, mais également contre celles où se trouvent des centres qui prennent des décisions sur l'utilisation des systèmes de missiles contre la Russie.

    Pour rappel, Donald Trump avait annoncé le 1er février que les États-Unis cesseraient dès le lendemain de respecter le Traité FNI, signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev, et qu'ils s'en retireraient officiellement au bout de six mois, sauf si Moscou cessait de violer l'accord. Le ministère russe des Affaires étrangères a alors accusé les États-Unis de tester des systèmes interdits par le Traité FNI, ainsi que de déployer des systèmes de lancement Aegis sous la forme de l'ABM sur le territoire européen, qui peuvent en quelques heures se transformer d'un mécanisme défensif en arme d'attaque.

    Vladimir Poutine a indiqué, le 2 février, que la Russie suspendait aussi sa participation au Traité, en réponse au retrait unilatéral des États-Unis. Il a affirmé que Moscou ne se laisserait pas entraîner dans une nouvelle course aux armements onéreuse, avant d'ajouter que toutes les propositions russes sur le désarmement restaient «sur la table» et que les portes restaient «ouvertes».

    Lire aussi:

    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Emmanuel Macron s’enfonce toujours plus dans les sondages
    Un dîner en ville qui passe mal
    Tags:
    Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), armements, OTAN, Maria Zakharova, Vladimir Poutine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik