International
URL courte
11422
S'abonner

Dans le contexte des tensions engendrées par la sortie des États-Unis du Traité FNI, le Président tchèque a déclaré qu'il était opposé à un éventuel déploiement de missiles américains sur le territoire de son pays.

 Il n'y a aucune raison pour un éventuel déploiement de missiles américains sur le territoire de la Tchéquie, a déclaré le Président Milos Zeman, dans une interview accordée jeudi soir à la chaîne télévisée Barrandov.

«Je ne vois aucune raison à cela», a répondu le chef d'État tchèque, à la question de l'animateur de l'émission, qui voulait savoir quelle serait sa réaction si les États-Unis demandaient à la Tchéquie l'autorisation de déployer leurs systèmes de missiles sur son territoire.

L'animateur a posé cette question suite aux récentes déclarations des autorités polonaises évoquant la possibilité théorique d'installer des dispositifs d'armements américains en Pologne. En outre, début février, le ministre tchèque de la Défense avait également fait allusion à une telle situation.

Les déclarations du Président tchèque interviennent dans le contexte des tensions consécutives à la sortie des États-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev. Vladimir Poutine a pour sa part annoncé que la Russie suspendait également sa participation au Traité, en réponse au retrait américain.

D'après le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, les États-Unis, qui ont accusé la Russie de violation du Traité avant de le quitter, ont eux-mêmes enfreint les dispositions de l'accord à plusieurs reprises depuis 1999.

Lire aussi:

«Épidémie toujours très dynamique»: près d'un millier de nouveaux décès en France, le bilan dépasse les 13.000
Ce pays serait le premier au monde à avoir vaincu le coronavirus
Chômage totalement hors de contrôle aux Etats-Unis: vers un nouveau 1929?
Le SDF décédé au commissariat de Béziers filmé lors de son interpellation musclée – vidéo
Tags:
missiles, Milos Zeman, Vladimir Poutine, République tchèque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook