Ecoutez Radio Sputnik
    Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed bin Salman

    Chine et Arabie saoudite resserrent les liens: MBS sur la Grande Muraille (vidéo)

    © REUTERS / Bandar Algaloud
    International
    URL courte
    2101

    L'Arabie saoudite et la Chine sont convenues d'approfondir leur coopération financière. Pour ce faire, le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, est arrivé à Pékin dans le cadre de sa tournée asiatique. À cette occasion, il a déjà visité l'Inde et le Pakistan en début de semaine.

    Profitant de sa visite à Pékin, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane s'est rendu à la Grande Muraille, pour s'y faire prendre en photo, avant d'entamer des négociations avec le Président Xi Jinping.
    Au cours cette excursion, le représentant princier était accompagné de l'ambassadeur de la Chine au Royaume, Li Huaxin, et d'autres officiels.

    ​Attendu que l'Arabie saoudite reste l'un des principaux fournisseurs de pétrole brut en Chine et représente un marché clé pour les exportations de ce pays, la société pétrolière publique Saudi Aramco a signé vendredi un contrat de dix milliards de dollars pour la construction en Chine d'un complexe pétrochimique.

    ​Les partenaires devront donc créer une nouvelle société, dénommée Huajin Aramco Petrochemical Co, qui sera chargée de construire une raffinerie capable de traiter 300.000 barils de pétrole par jour, selon l'Aramco.

    En prévision des négociations entre le prince héritier MBS et le Président Xi, le ministère chinois des Affaires étrangères a déjà déclaré que Pékin voyait en Ryad un «énorme potentiel» pour ses exportations.

    Lire aussi:

    L’humoriste proche de Macron Yassine Belattar a été placé en garde à vue
    Plusieurs Roms lynchés dans les banlieues de Paris pour des fausses rumeurs (vidéos choc)
    Souveraineté d’Israël sur le Golan: Riyad commente la décision de Trump
    Tags:
    négociations, Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Xi Jinping, Pékin
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik